Arrêt sur image : le manque de visite technique, un danger réel pour la circulation

0
421

Cette affirmation est largement étayée par des faits concrets qui se passent ici même à Conakry, à des moments ou endroits inattendus. Tenez, par exemple ce cas que nous vous montrons ici qui s’est produit vendredi dernier, peu après 18 heures, à la remontée de Kénien, pendant le reflux de la circulation,  dans le sens Kaloum-banlieue. La longue file de véhicules progressait sur le côté gauche. Il ne pleuvait pas. La visibilité était parfaite et tout se passait bien jusqu’au sommet de l’embranchement qui aboutit sur le pont de Kénien, en provenance de l’autoroute. C’est là,  qu’un accident s’est produit.

Un camion semi-remorque a reculé à la remontée et est venu se buter contre l’aile avant droite d’un 4X4 qui le suivait. Des dégâts matériels légers ont été enregistrés, ainsi qu’un gros bouchon. Les causes de cet accident tiennent au fait que le camion avait un système de freinage défaillant. Ainsi, dès que son conducteur a voulu l’immobiliser à l’orée du pont, sur injonction des agents régulateurs de la circulation, il a cessé de lui obéir. La loi de la gravité a fait le reste. Le mastodonte a donc reculé et le flanc droit de sa plate-forme est venu heurter le véhicule suiveur.

Des témoins affirment que les conséquences auraient été plus graves, si le camion n’avait pas été vite retenu par le véhicule qui lui collait littéralement au train. Si les automobiles à l’arrière étaient assez éloignées du camion, ou si la fluidité de la circulation était très marquée, l’inertie aurait accru sa vitesse de recul et il aurait fait plus de dégâts.

Sans vouloir encourager le moins du  monde, le non respect de la distance de sécurité entre les véhicules en marche, la lecture de cet accident peut faire dire, à l’étonnement de tous, que l’embouteillage a quelque fois, un côté positif. Les vendeurs à la sauvette et les mendiants ne diront pas le contraire. C’est d’ailleurs ce qui explique qu’il n’y ait pas beaucoup d’accidents graves en zone urbaine. Les facteurs d’encombrement de la circulation contribuent à casser la vitesse. Et du coup, ils réduisent la force des impacts résultant des collisions et accrochages qui s’y produisent.

Mais, pour mieux conclure la dissection du sujet que nous relatons ici, nous devons nous focaliser sur l’importance de la visite technique, fortement rappelée par les autorités, mais non encore suivie d’effet, malgré toute l’utilité qu’on reconnaît en tirer pour réduire les accidents.