Arrêt sur image : quand de gros cailloux tombent des camions transportant des agrégats

0
1112

Nous avons à peine évoqué le risque lié à ce transport que son illustration parfaite se présente à nous.

Ce n’est pas d’un météorite qu’il s’agit, mais d’un bloc de granite tombé d’un camion.

Nous sommes à une centaine de mètres de la T8 (transversale n08) en direction de Sonfonia. Un témoin des faits, trouvé sur les lieux, nous rapporte que l’incident s’est produit il y a quelques semaines. Il nous en restitue la quintessence, sur fond d’émotion encore vivace.

« Ce bloc de granite que vous voyez là n’est pas à sa position initiale après sa chute. Il était au beau milieu de la chaussée. Sans aucun lien avec les manifestations politiques qui ont eu lieu ces temps derniers. Il est tombé d’un camion qui ne s’est pas arrêté.

Des  gendarmes dont le véhicule roulait dans le même sens ont vécu l’incident d’un peu loin, heureusement  pour eux. Ils se sont arrêtés pour dégager la chaussée et ont donc poussé le bloc jusqu’à sa position actuelle.

 Le souvenir là me revient toujours à l’esprit et je remercie le bon Dieu qui a épargné la vie des gens.

 L’incident s’est produit à un moment où la circulation était très fluide. Il n’y avait pas d’embouteillage. J’étais là ce jour, en pleine journée, quand soudain, j’ai entendu un grand bruit qui semblait se répéter comme en boucle. Aussitôt mon regard tourné du côté de la route, j’aperçois ce bloc de granite roulant très vite sur la chaussée et dans tous les sens, comme s’il voulait rattraper le camion d’où il est tombé. Le chauffeur a continué sa route, l’air de rien. Avait-il vu ou entendu le caillou tomber? Je n’en sais rien.

Les gens ont accouru, forts curieux et vivement impressionnés du caractère spectaculaire  de l’incident. Tout le monde semblait heureux que personne ne se soit trouvé dans les environs de la chute de ce gros bloc. A leur entendement, il y aurait eu inévitablement, mort d’homme et des dégâts matériels considérables. De multiples commentaires ont été faits et des gens ont soutenu qu’un cas similaire s’est déjà produit à Kagbélèn qui aurait entraîné, selon eux, des dommages sur un véhicule qui était, heureusement, en stationnement et vide d’occupants.

De tout cela, on peut déduire qu’en cas de récidive, chauffeurs et camions de ce type de transport risquent de gros ennuis avec les populations des zones traversées. 

Autant leur demander alors, de rester très prudents dans la conduite de leurs camions.»