Arrêt sur image : qui, du véhicule ou de l’arbre, a trouvé l’autre ?

0
854

Une interrogation à priori, digne du célèbre jeu ‘’question pour un champion‘’.

Pour peu que nous scrutons cette image, même de manière fugace, nous sommes attirés par l’énigme qui s’en dégage et qui s’empare de nous, du premier coup. Et nous voilà, comme tenus de la relever, cherchant à comprendre comment un tel accident a pu se produire. Le véhicule serait-il venu enlacer l’arbre comme par amour, ou bien est-ce ce dernier qui aurait trouvé le temps de pousser tel quel, au milieu de l’épave ?

Peut-être bien que la tentative d’éclairer pareil mystère peut se concevoir comme un jeu agréable et bénéfique pour l’esprit humain. A juste raison, d’ailleurs. Mais, pour cerner la réelle dimension que nous renvoie cette image, il nous faut dépasser son aspect strictement ludique qui s’avère assez limitatif et réducteur. Nous allons nous focaliser plutôt sur le capital humain, l’élément fondamental qui passe avant toute autre considération. Quid du sort des passagers de ce taxi ?

Tel qu’on le voit, il s’agit d’un accident survenu en rase campagne, domaine de la gendarmerie routière. Il y en a qui ont péri et d’autres qui ont été blessés. Des morts que ni les pleurs, ni les plaintes des proches ne ramèneront à la vie. Des blessés qui vont souffrir d’immobilisation transitoire voire de séquelles diverses qui, au pire des cas, pour certains, vont se muer en infirmités permanentes.

Tous ceux-ci ont en commun leur innocence totale dans ce qui leur est arrivé.  Aucun ne l’a jamais rêvé, encore moins voulu. Au départ, tous ont fait confiance au chauffeur, apparemment en règle, qui s’est engagé à les conduire à bon port. Et voilà que, pendant le voyage, il les a entraînés d’un coup dans un accident.  De ce jour, le destin de la plupart d’entre eux a basculé irrémédiablement…Du meilleur au pire !

Hélas, il en sera toujours ainsi. Personne n’est à l’abri. Telle une épée de Damoclès, le risque d’accident est suspendu au-dessus de nos têtes. Il peut arriver à tout instant et en tout lieu.

A nous d’en être conscients et d’y faire face, en refusant toute victimisation et toute soumission à quelque croyance que ce soit, qui argue qu’un quelconque signe du destin nous frappe.

Comme l’affirment les spécialistes, l’accident de la circulation n’est pas le fait du hasard, ou de la fatalité. Il est un risque évitable.

Evitons-le par tous les moyens que nous offre la prévention. Sachons également tirer avantage de toute image d’accident que l’on nous montre. Au-delà de l’aspect scénique souvent très saisissant qui s’en dégage, il y a le message de fond qu’il faut savoir saisir. Ce sont entre autres, la tragédie vécue et la détresse subie.

A ce niveau, il n’y a aucun indicateur vérifiable permettant une quelconque évaluation. A nous d’en sentir les prémices favorables, toujours annonciatrices d’une prévention routière améliorée.