Arrêt sur image : une montagne de palettes sur un minibus  de transport en commun

0
693

C’est à croire que cette rubrique retient de plus en plus l’attention de nos lecteurs. En tout cas, de plus en plus, nous sommes interpellés à chaque publication par notre site guineenews. org d’un fait mordant qui dépeint un comportement incroyable dans la circulation.

Cette rubrique, comme une satire, consiste à croquer les réalités souvent extraordinaires ou, à tout le moins insolites, que l’on rencontre sur nos routes. Les images particulièrement saisissantes qui sont affichées, attirent l’attention et marquent les esprits. Leur effet est toujours considérable. Il induit un changement de comportement chez les usagers ou suscite une réaction des autorités concernées pour corriger l’insuffisance constatée.

Nous sentons chez nos lecteurs une certaine mise en confiance qui se traduit graduellement, par une nette implication dans le traitement de cette problématique qui nous interpelle tous. Ainsi, intéressés au phénomène et se sentant concernés par sa gestion, ils nous envoient des images montrant des faits particulièrement curieux, qu’ils ont eux-mêmes rencontrés au cours de leurs pérégrinations.

La dernière contribution en date est celle de M. Rachid Camara, l’auteur de cette image. Il est ingénieur en génie-mécanique et entrepreneur dans le secteur des technologies de l’automobile. Il nous dit être « très intéressé à révolutionner ce secteur afin de rendre plus agréable et durable, l’usage de l’automobile dans notre pays. » Il nous précise avoir « pris cette image dans la déviation de Ratoma- cyber pendant les travaux de réparation du pont, sur le tronçon Taouyah-Kipé. »

Que voit-on donc sur cette image ? Un minibus de transport en commun qui semble avoir fait le plein de passagers. L’on voit même une tête curieuse sortie par la fenêtre ouverte. Il est dépourvu de phare, en tout cas, sur son côté gauche apparent. Mais, le pire est ailleurs.

Sur le toit, (de l’avant à l’arrière) est disposé un énorme chargement de palettes superposées sur une hauteur invraisemblable pour ce type de véhicule. Ici, nous ne parlons pas de poids, mais d’insécurité. Ce chargement est, tout simplement, spectaculaire. Il est en équilibre instable. Il suffit d’un rien pour le rompre. Une seule corde retient les quatre rangées de (17) dix-sept palettes chacune, moins (07) sept sur l’avant-dernière rangée. Imaginons un seul instant que tout cet échafaudage s’écroule pendant le roulage. Qu’adviendra-t-il aux occupants de la voie se trouvant à proximité ?

Nous sommes rassurés qu’une telle éventualité ne sera jamais à l’ordre du jour, dans ce milieu. Au cas où vous vous en souciez, la réponse est toute trouvée : cela n’arrivera jamais !

La lecture de l’image ne prend pas fin pour autant. Observez bien : sur le bord de la route, se tiennent deux jeunes filles qui, par leur gestuelle, s’étonnent de ce qu’elles voient. Leur exclamation est la parfaite réplique de celle que nous avons tous eue, à la vue de ce chargement.

Qui plus est, regardez bien sur le côté gauche. Un individu, qui semble être l’apprenti, s’agrippe aux rangées de palettes du niveau intermédiaire. Une position que nous ne commenterons point. Tellement elle dépasse l’entendement !

Tout cela participe d’une pagaille et d’un laisser-aller qui font le lit de l’anarchie. Et qui, pour y mettre fin ? La police routière, bien entendu.

Mais, posons-nous la question de savoir si ce véhicule n’a été aperçu par aucun agent, de son point de départ, à sa rencontre avec l’auteur de cette photo ?

A Chacun, sa réponse !