voir Plus
    samedi, 17 avril 2021
    27 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Arrêt sur image : une position à haut risque sur un passage à niveau

    L’image ici affichée, montre deux véhicules immobilisés de part et d’autre des rails. Nous sommes en zone urbaine, à un passage à niveau gardé. On aperçoit même le bout de la barrière en rouge-blanc qui surplombe la carrosserie du camion. Ce qui indique que la circulation automobile est ouverte. Aucun train n’est annoncé.

    Cependant, la position des deux véhicules que nous voyons au premier plan, par rapport aux rails (le camion benne et le taxi qui le suit), n’est pas pour nous rassurer, encore moins nous apaiser. Loin de là ! La distance qui sépare chacun d’eux de la voie ferrée est absolument insuffisante pour laisser passer le train…, au cas où. Et l’imagination de galoper alors, à n’en plus finir, entre suppositions, hypothèses et conjectures.

    Que voulez-vous ? C’est ainsi que les choses se passent quand on est conscient du danger potentiel encouru. Ceux qui n’y comprennent rien ou qui jouent au téméraire, n’y pensent guère. En pareilles circonstances, l’expérience montre qu’on a eu beau se forcer à rester rationnel, c’est le pire que l’esprit fabrique toujours. Comme un mauvais augure que l’on prédit. Et telle une décharge d’adrénaline, cela vous plombe et vous tétanise.

    Mais, laissons ce côté morbide empreint de scepticisme pour tenter d’expliquer ce qui se passe. Dans leur conduite, beaucoup d’usagers ne tiennent pas compte d’une règle essentielle enseignée à l’auto-école. Elle porte sur le passage à niveau qui est le lieu où la route croise la voie ferrée. C’est l’un des endroits les plus dangereux pour la circulation routière.

    Le train y bénéficie d’une priorité absolue. Sans compter qu’il est toujours plus fort que le plus gros des camions. Les différents types de passages à niveau ainsi que leur signalisation, sont enseignés. Il est aussi indiqué qu’à cet endroit, tout dépassement et tout stationnement sont formellement interdits.

    Là où se trouve le piège pour les usagers, c’est quand l’un d’entre eux suit distraitement une file de véhicules pendant un embouteillage ou un ralentissement de la circulation. S’il n’est pas porté au respect scrupuleux de la distance de sécurité entre les véhicules, il a toutes les chances de se mettre dans une situation identique à celle que l’on voit ici.

    Le chauffeur du camion aurait dû attendre d’avoir un espace suffisant, (au moins égale à 1 fois et ½ sa longueur totale) pour stationner correctement et en toute sécurité, après le passage de la voiture bleu-nuit qu’il suit. Bien entendu, le faisant, il s’expose aux courroux, protestations, voire outrages de la part des gens qui le suivent. Ils vont jurer, pester, klaxonner, derrière lui pour le pousser à serrer de plus près, le véhicule qu’il suit, avant de le dépasser pour tenter de s’insérer dans l’espace qu’ils voient devant eux, si petit soit-il.

    Un exemple typique de cette tentative de dépassement nous est donnée par la camionnette que l’on voit sur la droite de l’image.

    Idem pour le conducteur du taxi qui s’est engagé dans un mauvais calcul de probabilités. Il a estimé que le camion qu’il suit, va franchir les rails et se trouver à bonne distance, avant que lui-même y soit et passe, sans faute.  Et tout porte à croire que cette certitude l’a habitée, malgré la visibilité très réduite qui limite l’efficience de son jugement. Il est complètement masqué par l’arrière du gros camion dont l’écriteau ‘’bonne chance’’ l’a rassuré peut-être.

    En tout cas, avec le bras entièrement sorti et la main qui repose sur le cadre supérieur de la portière, tout donne à penser que son passager est calme et rassuré.

    Pour ces deux véhicules, la trappe reste grandement ouverte. Ce n’est pas parce que la barrière est soulevée et que son gardien est vigilant, que le train ne va pas arriver. Et si c’est le cas, le piège se referme inévitablement sur les deux. Ils ne peuvent ni avancer, ni reculer. Et si, par extraordinaire, le train les trouve là, subitement, il ne peut être freiné et immobilisé sur une telle distance. Et il a la priorité ! Et il est le plus fort !

    Mais, si vous le permettez, là vont s’arrêter nos mots. Pour ne point évoquer les maux qui peuvent s’en suivre.

    Pour notre bien à tous, pensons un peu à tout ça!

    À LIRE AUSSI

    PUBLIREPORTAGE