Assainissement de Conakry: le parlement ratifie un accord de financement de la BID à hauteur de 54 millions USD

novembre 8, 2018 12:03
0

Le parlement guinéen a ratifié le mercredi 7 novembre l’accord de financement de la Banque Islamique de Développement (BID) dans le cadre du projet d’assainissement de la ville de Conakry.

Dans le cadre du projet d’assainissement et de salubrité publique de la ville de Conakry, le gouvernement envisage de réaliser : des canaux primaires, secondaires et tertiaires dont 28,6 km à Ratoma et 26,9 km à Matoto pour le drainage des eaux fluviales et usées ; des travaux de réhabilitation de la décharge de la Minière; la réhabilitation et l’extension des capacités des stations de traitement des boues de vidange à 2 580 m² par jour des sites de Yimbaya et de Sonfonia ainsi que leurs voies d’accès.

Il envisage à cet effet, l’acquisition de matériels et d’équipements (2 bulldozers, 1 compacteur D9, excavateur et un pont bascule, 20 camions ampli roll/lève conteneur de 15 tonnes, 36 bennes tasseuses de 20m3, 8 camions bennes basculante de 20m3, 220 bacs à ordure, 20 000 poubelles de 2001 et des véhicules pick-up), entre autres.

 Sur la base d’accords de prêts assortis de 30% de don en plusieurs articles, la Banque islamique de développement met à la disposition de la Guinée, conformément aux principes de la Shari’a, un montant de 54 millions dont 49 millions de dollars pour le financement des actifs de 5 millions de dollars US pour les services amortissables en 16 ans dont une période de préparation de 4 ans avec une marge bénéficiaire fixée au taux Swap du dollar à 10 ans plus une marge contractuelle de 60 points de base pour toute la durée du financement et une marge de financement de 100 points de base du 1er juillet au 31 décembre 2018.

 En effet, le nouveau code des collectivités locales adopté en 2017 transfert certaines compétences de l’Etat en faveur desdites collectivités en matière d’environnement. Il s’agit maintenant de préciser, dans un texte règlementaire, le détail de ces compétences en vue de partager clairement les attributions en matière de gestion des déchets.

 Tout en reconnaissant que le défi important reste celui du financement durable du transfert, du stockage et de la construction des infrastructures et se réjouissant du point d’achèvement de l’initiative PPTE qui permet à la Guinée « d’emprunter tous azimuts à des conditions préférentielles avec au moins 30% de don », les députés ont ratifié cet accord de financement de la BID.