Assainissement de Conakry : l’installation des chefs de quartier mettra fin au casse-tête

septembre 3, 2018 12:30
0

Sous Sékou Touré, les chefs de quartier élus à ciel ouvert ne souffraient d’aucune contestation. Conakry ne connaissait pas d’insécurité et d’insanité publique. Les élus acquéraient automatiquement l’adhésion populaire et tout se faisait par obligation civique et citoyenne.

Le programme d’assainissement et d’hygiène, connu sous l’appellation «d’investissement humain » avait l’adhésion des populations, le statut du citadin a ses contingences. La boutade : « si tu ne peux pas tenir à Conakry, remonte en campagne ! ». Les populations payaient l’impôt.

Sous le général Lansana Conté, le gouvernorat payait des femmes pour l’assainissement de la ville de Conakry, sans placer les poubelles, pour éviter que les populations jettent les ordures dans les caniveaux. Cette fuite en avant était prônée pour éviter de confier le ramassage des ordures aux sociétés attitrées à cause de leurs prestations vues comme trop onéreuses. Le balayage des femmes n’a mené à rien, la ville n’était jamais propre. Un vrai recommencement. Les populations payaient l’impôt, qui passa de 2000 à 5000fg.

 Sous Alpha Condé et Kassory Fofana, innovation ! Il est instauré une journée sans circulation pour curer les caniveaux. L’opération est rémunérée, mais les caniveaux se remplissent aussitôt, par manque des poubelles sur les voies publiques. Une vis sans fin.

Qui dit ramasser les ordures, dit les transporter. Or, le ramassage rémunéré reste sur les bords de route pendant des jours et les caniveaux se remplissent d’eux-mêmes. A chaque fin de mois, les mêmes volontaires reviennent curer les mêmes caniveaux pleins, aucune sensibilisation et éducation civique n’entre dans la tête des populations, aucune pénalisation ne tombe aussi. Cela ne pourra pas continuer. Le gouvernement ‘’n’a pas’’ d’argent et ne sait comment économiser le peu qu’elle a, et les populations ne paient plus l’impôt.

L’Etat providence est au bord de l’asphyxie. Et pas orgueil, Alpha ne veut pas revenir sur cet impôt qu’il a supprimé. Comment rétablir cet impôt ? On ne demande pas cela pour faire plaisir à qui que ce soit mais aucun pays du monde, aussi riche soit-il, ne vit sans impôt, celui qui prétend le contraire n’a pas de vision politique à long terme.

 Si François Hollande avait supprimé l’impôt en France, Emmanuel Macron l’aurait déjà reconduit ; si Obama avait supprimé l’impôt, Trump l’aurait reconduit. C’est en Guinée, où l’on préfère la liberté dans la pauvreté sans faire payer l’impôt.

Autre chose, pourquoi les milliards mis à disposition de l’assainissement public pour des coups de poing, à l’occasion de l’arrivée d’un hôte de marque ne sont pas affectés dans l’achat des véhicules de transport pour être mis à la disposition de chaque quartier pour le rendre propre ? La question d’insalubrité en Guinée est en général due au manque des moyens de transport.

 C’est vrai qu’on oublie que les chefs de quartiers sont toujours bloqués dans leur installation pour éviter un embrasement social. On dit que certains chefs de quartiers pressentis ne font pas l’unanimité des populations, qui ne le cachent pas. Tant que les quartiers ne sont pas responsabilisés, la question d’insécurité et d’insanités ne sera pas résolue. Continuer à tourner en rond ?