Assainissement: plus de 200 mille poubelles commandées pour la ville de Conakry

0
1307

Comme chaque dernier samedi du mois, la participation citoyenne à l’assainissement de la ville de Conakry a été au rendez-vous ce 30 mars. A Cosa, une centaine de jeunes s’est puissamment mobilisée pour assainir leur quartier. Pendant que certains balaient la rue, d’autres s’activent dans les caniveaux pour faire le curage.

«C’est une action sociale que nous faisons, nous jeunes de Cosa. Nous voulons rendre chez nous propre pour la santé de tout le monde. Vous voulons que les autres prennent l’exemple sur nous », a indiqué Souleymane Bah, coordinateur du groupe de jeunes qui fait l’assainissement entre Camp carrefour et Cirage.

L’engouement était le même au centre-ville de Kaloum où jeunes et femmes, balayaient à la main, débarrassaient certaines rues de la commune notamment le Boulevard du Commerce et le rond-point du port. A côté, il y avait les nouveaux camions de ramassage d’ordures, venus de la Turquie. Ils sont au total 30.

Selon le Directeur général de l’Agence nationale de salubrité publique (ANASP), Sory Camara, c’est la phase pilote de la professionnalisation de la gestion des ordures qui est lancée ce samedi à l’occasion de la journée de participation citoyenne pilotée par le ministère des Travaux publics.

«Aujourd’hui, c’est le démarrage effectif de la mise en œuvre du schéma de professionnalisation de la gestion des déchets publics. Aujourd’hui ce sont des équipements test qu’on est en train d’essayer pour comprendre un peu vers où nous nous acheminons en matière d’assainissement de la ville de Conakry», a fait savoir Sory Camara.

Plus loin, il explique le processus de l’assainissement: «nous avons toujours dit que l’ANASP travaille pour professionnaliser la gestion des déchets publics. Cette professionnalisation voudrait que les PME fassent la pré-collecte, les opérateurs professionnels font la collecte, le transfert, la mise en déchet et ensuite le traitement des déchets au niveau d’un centre de traitement technique. Aujourd’hui, c’est le démarrage de la première phase. C’est-à-dire la pré-collecte de Kaloum. Le transfert, le nettoyage des places publiques et des rues vont revenir à un opérateur professionnel (la société turque Albayrak, ndlr). Les camions que vous avez vus sont destinés au nettoyage des rues, au balayage des fosses publiques, au ramassage des déchets et au dépôt de ces déchets au niveau du dépotoir de la Minière.  Là-bas, un autre opérateur qui a le marché du 2èmelot s’occupera du traitement[…] Il y a des camions qui sont destinés au nettoyage. Il y en a qui sont destinés au désensablement, il y en a qui sont destinés à l’enlèvement des bacs à ordures et il y en a qui sont destinés au traitement des déchets etc. Donc chaque activité a un type de camion approprié. C’est pourquoi vous voyez différents types de camions.»

Pour réussir à rendre la ville de Conakry, le DG de l’ANSAP annonce la commande de plus de 200 milles poubelles: «nous avons fait un appel d’offres pour commander plus de 200 mille poubelles qu’on va mettre à la disposition des populations. Donc, les populations vont déposer les déchets au niveau de ces poubelles. Ce que nous demandons aux citoyens, c’est d’abord de se discipliner, suivre ces poubelles, les utiliser convenablement et efficacement. »

Pour éviter que les ordures ne débordent les poubelles et se déversent sur la chaussée, des équipes de ramassage sont mises en place 24h sur 24: «la commune de Kaloum est repartie en cinq zones. Au niveau de chacune de ces zones, évolueront des groupes 24h/24. Il y aura 3 équipes qui vont tenir au niveau de ces zones. De 6h à 14, de 14h à 22h et de 22h à 6h, les équipes vont tourner en permanence pour enlever les ordures et les déposer là où il faut.»

 Le Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, était sur le terrain en compagnie des ministres de Travaux Publics, Moustapha Naïté, Tibou Kamara de l’Industrie et Aminata Touré, la mairesse de Kaloum.

Pour cette phase de test, le Premier ministre fait savoir qu’il y a une centaine de poubelles qui vont être déposées au niveau des familles : «nous sommes à la phase de l’institutionnalisation du processus. Avec la commande des machines, des équipements, aujourd’hui la phase pilote commence à Kaloum qui met à la disposition des citoyens de Kaloum des bacs à ordures, il y en a des centaines au niveau des familles pour qu’il n’y ait aucune ordure ne soit jetée dans la concession, dans la voie publique, etc. »