Attaque à main armée : Le procureur du TPI de Labé, accusé d’avoir libéré les assaillants avant la fin de leur peine

juin 14, 2018 1:13
0

C’est cette rocambolesque affaire qui défraie la chronique depuis quelques heures dans la commune urbaine de Labé où le procureur du tribunal de première instance Zézé Beavogui est accusé d’avoir libéré la bande de criminels très dangereuse et très bien connue des services de sécurité. Cette bande serait d’ailleurs responsable d’une nouvelle attaque a appris la rédaction locale de votre quotidien électronique Guinéenews© de sources crédibles.

Les faits remontent dans la nuit du mardi au mercredi 13 juin 2018 quand Mamadou Saliou Diallo, Mamadou Bano Sow et Cellou Sow tous arrêtés, jugés et condamnés le 27 mars 2017 à 12 ans de réclusion criminelle, qui, normalement devraient purger leur peine à la prison civile de Labé se sont ensemble prêté à une nouvelle attaque à main armée.

Cette autre opération a été perpétrée dans la sous-préfecture de Tountouroun (préfecture de Labé) sur la route de Mali Yembering où ces trois criminels armés jusqu’aux dents ont dépouillé les passagers d’un taxi en direction de Mali. De fortes sommes d’argent (dont des devises) et des biens de valeur auraient été emportés par les quidams, a-t-on appris au près des victimes. Une information confirmée par le syndicat des transporteurs de Labé.

Cette opération a permis d’identifier les trois criminels en cavale comme les principaux auteurs du braquage. Ainsi, les sources bien informées nous ont également confirmés cette version tout en précisant que ceux-ci ont bel et bien été libérés officieusement par le procureur du TPI de Labé. Pour illustrer cette version, elles ont soutenu que Tanou Diallo et Mamadou Diallo (complice des trois criminels en question) en cavale ont à leur tour été condamnés à 20 ans de réclusion criminelle.

Pour recouper cette information, une poignée de journalistes de différentes rédactions a rendu visite dans la matinée de ce jeudi 14 juin 2018 au procureur du TPI de Labé. Surpris par cette visite inopinée, monsieur Zézé Beavogui a laissé entendre qu’il est toujours en train de vérifier l’information car, dit-il, une commission est déjà sur le dossier. De question en question, le procureur s’est fâché et a vidé les journalistes en soutenant qu’il n’a de compte à rendre à personne.

Pour mieux recouper le sujet, le président du tribunal de première instance de Labé a aussi été interrogé. Très prudent, Kolie Kemo Camara soutient avoir condamné plusieurs prévenus à ce genre de peine et que c’est très grave si des criminels qu’il a personnellement jugés et condamnés se retrouvent dehors avant d’avoir fini de purger leur peine.  » Je suis en danger « , a-t-il martelé avant de préciser qu’il ne peut authentifier s’il s’agit bel et bien de ces trois criminels. Donc, il nous a renvoyés une nouvelle fois au procureur. La position du régisseur de la prison civile de Labé a aussi été la même.

Dans l’attente d’une réaction officielle du TPI de Labé, les commentaires vont bon train dans la commune urbaine de Labé car toute et tous restent unanimes qu’il s’agit là de ces criminels récidivistes jugés et condamnés mais qui se retrouvent bizarrement dehors.

Affaire à suivre…