Autorités de Siguiri sur le site de l’éboulement: 13 des 17 victimes identifiées

février 4, 2019 1:30

Au lendemain de l’éboulement de Norassoba, les autorités préfectorales de Siguiri étaient ce lundi 4 février sur les lieux afin de  s’enquérir de la situation et apporter leur compassion aux familles des victimes, a-t-on constaté.

Après un trajet de près de 150km, la délégation conduite par le préfet par intérim, est arrivée à Faradjanin, le district où s’est produit l’éboulement d’une mine d’or qui a fait le dimanche 3 février 17 morts.

Le préfet par intérim Siné Magassouba, à l’issue de ses échanges avec les mineurs et les parents des victimes, a exprimé tout son abattement en ces termes: « nous sommes tous sous le choc… Selon des témoignages recueillis sur place, les mineurs viennent nuitamment, après le passage des machines, extraire dans ces excavations laissées des graviers. C’est dans ce contexte qu’ils ont été surpris par ce glissement de deux roches qui leur a été fatal. »

Quant aux dispositions prises afin d’éviter la reproduction de pareil drame à l’avenir, Sinè Magassouba a annoncé la tenue prochaine d’une concertation avec la direction préfectorale des mines.  

D’après un rapport de l’antenne locale de la Croix-Rouge, 13 des 17 victimes sont déjà identifiées. Parmi elles, 8 personnes sont originaires de Siguiri, 2 de Kouroussa, 1 de Kankan, 1 de Kissidougou et 1 de Macenta.

En attendant, l’identification des 4 autres victimes, les propriétaires et gardiens de mine, qui affirment ne rien savoir sur les causes de cet éboulement, continuent d’être entendus par la police.