Axe Coyah-Forécariah-Pamelap: un enfer pour les uns, honte pour les autres !

novembre 10, 2018 11:44
0

Considérée comme stratégique parce que transfrontalière, la route Coyah-Forécariah-Pamelap, se trouve aujourd’hui dans un piteux état. Ce, en dépit des multiples promesses de l’Etat guinéen pour sa réfection.

Ce tronçon pourtant très névralgique pour l’économie guinéenne, est truffé de nids de poule qui causent de plus en plus d’accidents et de pannes sur les véhicules qui le pratique au quotidien pour se rendre en Sierra Leone.

Selon Mariame Bangoura, une commerçante qui pratique cet axe international depuis longtemps, actuellement elles sont  confrontées, à cause des pannes récurrentes des véhicules, au pourrissement de leurs marchandises qui sont des produits maraichers.

«Nos produits pourrissent souvent à cause de l’état de la route. Car les camions tombent souvent en panne et nous sommes parfois obligées de débarquer et embarquer nos marchandises d’un camion à un autre. C’est pendant ce transbordement que nos marchandises sont détruites.  Cela, c’est notre quotidien. Nous souffrons énormément… Il faut que le gouvernement sorte de ses promesses pour nous aider sincèrement», s’est lamentée Mariame Bangoura.
Quant à un responsable du syndicat des transports ayant requis le sceau de l’anonymat, il a déclaré que présentement les chauffeurs refusent de payer les taxes à cause du mauvais état de la route.

«Ce tronçon tue à petit feu… Les chauffeurs ont raison car, le travail pour lequel ils paient régulièrement, n’est pas fait. Alors que nous déposons chaque fois de l’argent au niveau des autorités mais, elles ne nous aident jamais. Consciencieusement, nous sommes gênés  de réclamer des taxes aux chauffeurs qui fréquentent ce tronçon pour les donner aux autorités», a indiqué ce syndicaliste de Coyah.

Pour ce médecin en service à l’hôpital préfectoral de Coyah, il va jusqu’à interdire la fréquentation de cette route aux femmes enceintes. «Je pratique régulièrement cette route puisse que mes parents vivent à Forécariah. Mais vu les nombreuses et violentes secousses, ce n’est pas du tout bon pour une femme enceinte d’emprunter cet axe», a prévenu ce médecin.

A Pamelap (frontière Guinéo-sierra-leonaise), Guinéenews a constaté de visu cette dégradation très poussée de cette route transfrontalière.

Ce qui frappe tout visiteur à ce poste frontalier de Pamelap et qui est saisissant, c’est le fait que la route est bitumée du côté de la Sierra Leone alors que du côté guinéen, on a en face, une route crevassée, défoncée et non bitumée.

Il faut signaler que la route Coyah-Forécariah-Pamelap est un axe où le trafic est très dense et mieux, elle dessert les villes natales de trois Premiers ministres guinéens et du ministre d’Etat, Secrétaire général de la Présidence.

Par ailleurs, nos tentatives d’avoir les réactions des responsables administratifs de Coyah et Forécariah ainsi que des entreprises chargées de la réhabilitation de cette route, ont été vaines jusqu’au moment où nous mettons en ligne cette dépêche.

Un reportage de Joani Millimono, de retour de Pamelap pour Guinéenews