Axe Kindia-Télimélé : le maire Youmoussa Goulougoulou Diallo lance un appel au gouvernement

0
677

En Guinée, de nombreuses routes sont aujourd’hui impraticables. Les usagers sont confrontés à d’énormes difficultés. Pour une distance que l’on peut faire en une heure, parfois, on fait le triple voire le quintuple faute de route.  C’est le cas de la route Kindia-Télimélé d’une distance de 135 kilomètres. Emprunter ce tronçon est devenu un véritable calvaire. De nos jours, la traversée de cette route nationale relève du parcours du combattant. La rédaction de Guineenews© basée à Kindia y a fait un tour.

Les préfectures de Kindia et de Télimelé sont distantes de 135 kilomètres. Pour parcourir cette distance à moto, il faut prévoir 7 heures  de course. Pour les véhicules, il faudra  8  à 9 heures pour parcourir cette distance.

« Depuis plus de 8 heures, nous sommes sur cette route. Ce tronçon n’est pas considéré par les autorités alors qu’il est une route nationale voire internationale puisqu’elle mène au Sénégal, en Gambie et en Guinée Bissau. Les usagers rencontrent assez de difficultés.  Et pour cette petite distance, il faut passer forcément une journée. Le tronçon est en état de dégradation poussée alors que c’est la saison pluvieuse qui s’approche », s’inquiète Mamadou Samba, commerçant résidant à Telimélé.

Sur cette route, le danger existe partout. Par exemple, à la rentrée de la commune urbaine de Télimélé, le premier obstacle est cette montagne communément appelée « Loubha ».  Arrivé à cet endroit, c’est le comble de l’inquiétude. Passagers et chauffeurs, tout le monde prie pour sa traversée.

C’est pourquoi, Mamadou Bah, conducteur de taxi, s’inquiète : «  cet endroit-là, nous donne de la merde. Tant que tu ne dépasses ici, tu as toujours la peur au ventre. Cette montagne-là est très mauvaise. On enregistre des cas de mort à chaque fois à travers des accidents surtout quand il pleut. Nous voulons que l’Etat nous vienne au secours de dégager cette montagne de peur. Nous, nous avons demandé de faire une cotisation afin d’améliorer un peu cet endroit avant la tombée de la pluie ».

Au niveau des autorités, c’est le même son de cloche. Elles sont toutes conscientes du mauvais état de cette route qui cause des ennuis aux usagers. Tous les jours, sa traversée leur plonge dans une réflexion interminable.

Youmoussa Goulougoulou Diallo est le maire de la commune urbaine de Télimilé. Il lance un appel au gouvernement de venir en aide aux populations en reprofilant ce tronçon de 135 km  afin d’essuyer les larmes des usagers pratiquant cet axe.

« Personne n’ignore la dangerosité de cette route aujourd’hui. C’est bien beau d’offrir 10 kilomètres de route bitumée à la commune urbaine mais son accès devient un problème. (…) Et tout le monde sait l’importance de cette route par ce qu’elle rallie trois pays voisins et est très pratiquée par les commerçants. Sa réhabilitation est une nécessité. Nous demandons donc au gouvernement du président Alpha Condé d’aider Télimelé dans ce sens »,  sollicite le maire de Télimélé.

A quand la fin de ce calvaire ? C’est bien la question la grosse question.