Bah Oury : « Les élections n’auront pas lieu en Guinée…»

0
778

Le président de l’UDD, Bah Oury, demande aux Guinéens de sortir manifester le 21 mars prochain afin que dégagent les « prédateurs économiques reconvertis en hommes politiques ». « Ce sont les raisons des manifestations que nous appelons à partir du 21 mars », a-t-il affirmé avant d’insister sur les élections législatives et référendaire prévues le 22 mars : « Les élections n’auront pas lieu en Guinée. On le dit et on continuera de le dire. Il faut que la communauté internationale se rende compte que 90% des Guinéens sont sortis contre cette Constitution. »

Pour Bah Oury, la nouvelle Constitution renie les différents combats menés depuis une vingtaine d’année, y compris par le RPG aujourd’hui au pouvoir : « Nous sommes dans une phase très délicate de notre combat politique. Ce n’est pas un combat qui a commencé il y a cinq ou six mois. C’est le combat de toute une génération qui risque d’être sacrifié si le 22 mars une nouvelle constitution et une nouvelle Assemblée nationale sont mises de force. Parce que la nouvelle Constitution renie de tous les combats et les acquis démocratiques de ces 20 dernières années. Les militants du RPG ont été parmi ceux qui ont été le plus martyrisés pour que nous puissions avoir un processus démocratique conforme à un certain idéal universel. Et c’est aujourd’hui au nom du RPG que cet idéal est en train d’être sacrifié. »

Revenant sur le cas du fichier électoral qui a toujours été un différend entre pouvoir et opposition, Bah Oury pense à Bâ Mamadou et autres qui ont lutté farouchement pour la mise en place d’une commission électorale nationale indépendante (CENI) : « Par rapport à la question du fichier électoral, ce sont des années de lutte. Et à ce niveau-là, il faut rendre hommage à des personnes qui ne sont pas là aujourd’hui. Ce sont le doyen Bâ Mamadou, Siradiou Diallo, Jean-Marie Doré et tant d’autres qui, pendant des années et dans des conditions difficiles, au moment où il y avait une opposition extraparlementaire, se sont battus pour que le processus démocratique et politique guinéen puisse avoir une CENI, les bulletins uniques de vote. »