Banankoro: les femmes occupent de force un site de GUITER à Gbénko

novembre 6, 2018 4:18
0

La journée d’hier lundi a été très mouvementée à Gbenko, un district de la sous-préfecture de Banankoro située, elle, à une cinquantaine de kilomètres de Kérouané. Des centaines de femmes, venues de Banankoro et des villages environnants, ont marché pour réclamer l’exploitation d’une mine de diamant occupée par la société Guiter-Mining SA.

Les coups de sommation  et les gaz lacrymogènes, n’ont rien enlevé à la détermination des femmes qui ont fini par offenser et occuper le site quadrillé.

Selon une source concordante, ce site existe depuis 1982 et  accueillait beaucoup de monde particulièrement les femmes. « Le diamant se fait rare à Banankoro, nos enfants quittent ici pour aller mourir dans les mines d’or à Siguiri« , a dénoncé une femme en colère.

Et à Mama Coulibaly, une autre manifestante de poursuivre: « avec la pauvreté qui pèse sur la population, nous sommes sorties aujourd’hui pour nous attaquer à ce site. Parce que nous n’avons pas de lieu à exploiter pour subvenir nos besoins. C’est là-bas où on se débrouillait. Tous les sites sont pour le moment occupés par les sociétés. C’est pourquoi nous sommes sorties malgré l’interdiction. « 

Franck Mara, le sous-préfet de Banankoro,  quant à lui, a déclaré ceci : « c’est AREDOR qui avait laissé cette dune de sable occupée aujourd’hui par Guiter Mining SA. Et cette société paie ses redevances. Je ne vois pas pourquoi les gens peuvent se lever pour réclamer le départ de la société. Une zone qu’elle a achetée. Lorsqu’on m’a prévenu de la manifestation, je leur ai dit de renoncer, mais on ne m’a pas écouté. »

Revenant sur les tirs de sommation, le Commandant Franck  Mara a expliqué que cette intervention des forces de l’ordre visait à disperser les femmes manifestantes qui commençaient à déborder.

À signaler qu’aucune installation de la société Guiter Mining n’a été touchée par ces manifestants.

Affaire à suivre !