Banditisme : Les service de sécurité mettent la main sur plusieurs malfrats 

0
786

Après un premier groupe de présumés bandits qui opère dans la zone de Bambéto et ses environs, la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DPJ) a présenté un autre groupe avec des ramifications à l’intérieur du pays.

Pour le commissaire, Mohamed Marcel Doumbouya, chef section crime de sang à la Direction Centrale de la Police Judiciaire, division des investigations criminelles, c’est le travail des équipes de la Brigade de Répression du Banditisme (BRB) et la Brigade de Recherche et d’Intervention (BRI)  qui a abouti à l’interpellation du groupe de bandits  de cinq personnes.

Il s’agit de Réné Soumaoro, Thierno Hamdiata Ly, Marouane Ly, Moussa Traoré alias Degaul et Laye Moriba Kaba dit Aladji ou Maninka.

«La particularité de leur opération, est qu’ils sont dirigés par  un certain Alarine Diallo alias Koto. Ils opèrent à main armée et les visages cagoulés.  Le nommé Réné Soumaoro a reconnu avoir pris part à cinq opérations. A savoir Madina Cocoboungni où ils étaient au nombre de six personnes. Ils ont emporté 35 millions de francs guinéens. Une autre opération à Madina Niger à côté de la SOBRAGUI dans un magasin d’alimentation, ils ont emporté 85 millions de francs guinéens. Il y a aussi l’opération dans le marché Avaria où ils ont emporté une forte somme d’argent. Il y a encore l’opération de Pita où ils étaient en complicité avec le fils du propriétaire du magasin. Ils ont dérobé plus de 100 millions de francs guinéens.

Selon Réné Soumaoro, toutes ces opérations sont planifiées et orchestrées par le nommé Alarine dit Koto en complicité avec soit les vigiles, soit avec certains travailleurs  des magasins. Seul le cas de Pita où le fils du propriétaire de magasin est complice», a expliqué l’Officier enquêteur.

Interrogé, Réné Soumaoro donne sa version : «Je n’ai aucune arme. A Madina Cocobougni, nous avons ouvert une boutique et nous avons pris de l’argent 30 millions de francs de guinéens. J’ai eu dix millions de francs guinéens. Nous avons aussi opéré au marché d’Avaria où nous avons eu 80 millions de francs guinéens. A Pita, nous avons eu 100 millions de francs guinéens.  Après le partage, moi j’ai eu 12 millions de francs guinéens», a-t-il reconnu.

Contrairement à Réné Soumaoro, Moussa Traoré a déclaré qu’il ignore les rasions de son arrestation.  «Moi je suis un organisateur de jeux d’hasard à Madina. C’est mon petit qu’ils ont arrêté avec lequel je partage la chambre. Je ne sais pas de quoi on me reproche», s’est-il défendu.

Quant à Marouane Ly, il a été arrêté parce qu’il entretient un rapport avec Réné Soumaoro.