Banian-Faranah : la redynamisation du RPG-arc-en-ciel en question

décembre 16, 2018 5:47

Suite à l’échec du RPG Arc-en-ciel dans l’un de ses fiefs, Faranah, les jeunes dudit parti ont dissout les deux sections de la commune urbaine tout en récupérant tous les engins roulants des secrétaires généraux des sections. Face à cette crise dans la vile de Faranah, le parti a créé comité de crise dont l’un des objectifs est de redynamiser la troisième section du parti à Banian.

C’est pourquoi, jeudi dernier, ce comité de crise s’est rendu dans cette localité pour apaiser la tension qui y prévaut. Mais ledit comité a, plutôt,  mis du feu aux poudres.

Aujourd’hui, selon nos informations, le sous-préfet est devenu persona non grata. Il aurait fui toute la journée pour se refuser dans une famille avant de revenir nuitamment à sa résidence. Car, le passage du comité de crise a provoqué une journée agitée.

Mais que s’est-il réellement passé ?

Située à 62 km du chef-lieu de la préfecture de Faranah, la sous-préfecture de Banian, l’un des fiefs incontestables du parti de la mouvance présidentielle,  a été ce vendredi, 14 décembre le théâtre d’une vive agitation des militants et sympathisants du RPG.

À l’origine, ce sont les responsables du comité de crise du RPG qui se sont rendus jeudi 13 décembre dans cette localité pour redynamiser la section 3 du parti. Pour mener les activités, le comité de crise a invité le candidat élu du RPG lors du scrutin communal de février 2018 et le candidat malheureux du mouvement indépendant dans une salle pour les unir et enterrer la hache de guerre.

Après avoir réglé le différend entre ces deux adversaires qui ont fait, d’ailleurs, des accolades au vu de tous, le comité de crise est passé aux  travaux de redynamisation du parti. Sur coup, il a demandé au candidat malheureux du mouvement indépendant de désigner 10 membres pour la section locale du parti au pouvoir et au RPG – Arc-en-ciel 15.

Suivant la proposition du comité de crise, le secrétariat général de la section 3 de Banian est revenu au mouvement indépendant. Chose acceptée sur place même si l’idée n’était pas partagée par tout le monde. Le comité s’est ensuite rendu au siège du RPG pour des sages et utiles conseils avant de se rendre au quartier général du mouvement indépendant.

Dès après le départ du comité de crise pour la ville de Faranah, un cortège du mouvement indépendant dans une ambiance festive a raccompagné le sous-préfet à sa résidence avec des slogans de joie.

Ce qui a irrité les jeunes du parti RPG. C’est pourquoi, ces derniers se sont mobilisés pour exprimer leur mécontentement en prenant d’assaut la route nationale au centre-ville pour dire non à la décision du comité de crise et au sous-préfet.

Ils accusent le sous-préfet d’être en connivence avec le mouvement indépendant. Ils reprochent aussi au président du comité de crise du RPG de n’avoir pas joué pleinement son rôle en tant qu’autorité et d’être partial dans cette affaire.

C’est pourquoi Guineenews, dans le souci de savoir la vérité, s’est rendu sur les lieux.
Interrogé, Mamady 2 Touré, un manifestant ne souhaite plus voir ce comité de crise à Banian.

« Le comité de crise ne peut pas nous imposer quelque chose. De la manière dont le parti est tué à Faranah, il (comité de crise) veut le tuer comme ça à Banian mais on n’acceptera pas. C’est le comité de crise qui veut nous compliquer la tâche, en mettant Banian en feu. Nous disons à Abou Traoré, le président du comité de crise et à ses membres qu’on acceptera.  (…) Ils ont nous ont dit qu’ils ont dit aux indépendantistes de Banian d’adhérer au parti. Il (comité de crise) a décidé de passer le secrétariat général du parti au mouvement indépendant. Si le comité de crise sait qu’il est RPG quoi qu’il veuille entreprendre, il doit nous informer pour en discuter ensemble mais pas pour nous surprendre. Nous ne sommes pas des esclaves », martèle-t-il.

Poursuivant, il dira que « il y a 29 ans, on se battait avec ces indépendantistes quand ils étaient dans le PUP. On n’est pas allé chez le sous-préfet pour le tuer ni pour l’insulter ou le frapper mais lui demander en tant que premier magistrat de la sous-préfecture pour quoi être devant le cortège du mouvement indépendant jusqu’à l’accompagner à sa résidence ? Mais dès qu’il nous a vu il a pris sa voiture pour fuir. On s’est adressé à son adjoint pour lui faire comprendre qu’on voulait seulement demander cela au sous-préfet ».

De son côté, joint au téléphone, le président du comité de crise, Abou Traoré, précise : « c’est dans le cadre de la redynamisation du parti qu’on est parti à Banian. Par conséquent, il faut confier le parti où on peut trouver assez de monde. Le comité de crise a proposé de donner le secrétariat général aux anciens indépendantistes qui ont fini par adhérer au parti qui est Mamadou Camara dit Alexis par ce que nous voulons une large ouverture pour le parti. Les secrétaires politiques doivent venir de l’autre camp (RPG). Donc, l’ancienne section, c’est-à-dire le groupe de Elhadj Terna Condé doit donner 15 personnes et le groupe de Alexis 10 personnes pour composer la nouvelle section de Banian. Ce fut apprécié. Les brebis galeuses qui étaient dehors ne trouvent pas leur compte. Par conséquent ils ont fait des remous. Le sous-préfet entant qu’autorité n’a pas pleinement joué son rôle par ce qu’il a fait une partialité ».

Pris à chaud, le sous-préfet, Sékou Touré s’est abstenu de tout commentaire.
À noter que Banian est le deuxième grand fief électoral de la préfecture de Faranah après la commune urbaine pour le RPG. Une sous-préfecture créée en 1960 et qui compte selon les informations 77 secteurs, 19 districts avec 37 000 habitants.