Bantama dément les propos qui accusent Alpha Condé d’avoir escaladé les murs en 1991

0
407

Le ministre d’Etat, ministre des Sports, de la Culture et du Patrimoine historique a levé un coin du voile sur les accusations portées depuis 1991 contre l’un des virulents opposants au défunt régime du général Lansana Conté, et qui, à tort ou à raison, est reproché d’avoir escaladé les murs du stade de Coleah.

Dans un discours improvisé hier mardi 4 août 2020, Sanoussy Bantama Sow a tenu à rappeler ce qui suit : « Je voudrais retracer un coin de l’histoire du Pr Alpha Condé. Il est rentré définitivement en Guinée le 17 mai 1991. C’était un vendredi, entre 10h et midi. De l’aéroport, il a été conduit chez lui, à Madina. A 14h, il est parti à la mosquée Fayçal pour la prière du vendredi. Les gens ne l’avaient pas encore vu. Quand ils ont appris qu’Alpha était avec eux à la mosquée, ils se sont précipités sur lui dès après la prière », a tout d’abord soutenu le ministre d’Etat.

Aux dires de Bantama Sow, le dimanche 19 mai qui a suivi, a été organisé le premier meeting d’un parti politique non encore agréé, mais qui a forcé.

« Ce jour-là, au stade de Coleah, Alpha Condé portait des chaussures de couleur marron, complet kaki. Personne ne le connaissait. Quand nous avons occupé le terrain de Coleah, c’est Dr Sow – qui était récemment ambassadeur de Guinée en Chine -, qui a prononcé le discours de bienvenue. Et dès qu’il a commencé les deux premières phrases, la Police anti gang est intervenue, parce que le rassemblement n’était pas autorisé », a-t-il précisé.

« Celui qui était devant, Moussa Bayol 3, qui détenait le haut-parleur et qui criait ‘‘vive Alpha Condé’’, dès qu’ils ont lancé le premier gaz lacrymogène, il s’était tu. Deuxième gaz, il veut passer par derrière, mais Alpha le bloque. Il saute. S’en est suivie une débandade dans le terrain. Heureusement, on ne connaissait pas encore Alpha », a poursuivi Bantama Sow dans sa narration, rappelant par la suite que l’opposant d’alors est ressorti « tranquillement » du terrain et a marché jusqu’au niveau de l’abattoir avant de se négocier un taxi qui le déposera chez lui, à Madina.

« Maintenant, quand on entend certains dire qu’Alpha a grimpé les murs de Coleah, l’histoire existe », a laissé entendre le ministre d’Etat en concluant.