Barrage Souapiti : le torchon brûle entre les employés et la direction générale

0
721

Plus rien ne va sur les chantiers du barrage Souapiti. Depuis quelques ours un bras de fer oppose les travailleurs à la direction générale. C’est par un point qu’ils ont exprimé ce ras-le-bol ce jeudi 29 avril.  

Selon le porte-parole des travailleurs, la direction générale de Souapiti a engagé des travailleurs sans contrat, sans congé annuel, sans bulletin de salaire, sans prise en charge médicale (…). Pire, dénonce-t-il, ‘’nous sommes libérés sans même qu’on assiste à l’inauguration du barrage.’’

Dans la même logique, M Haba a fait savoir que le nouveau directeur général de Souapiti, après sa nomination, avait promis qu’il y aura une amélioration des conditions de vie et de travail. « Il nous avait promis que nous aurions la totalité de nos salaires », a rappelé Paul Kokoly Haba.

« Au cours d’une assemblée générale, la direction générale nous a promis d’établir des contrats de travail. Elle a réitéré que nous percevons les 50% de nos salaires (1 625 000 GNF) qu’on ne nous a jamais payés en 5 ans. Quand ils ont compris qu’il y a une revendication en cours, ils ont libéré tous les travailleurs en leur donnant dix mois de salaire sans piper mot (…) Nous sommes victimes durant cinq ans de la direction générale qui ne veut même pas nous écouter (…) », a-t-il regretté.

Prenant la parole, Daouda Keita du département développement local de Souapiti a abondé dans le même sens.

« La direction générale est allée à l’encontre de l’esprit de la convention.  Nous avons tous les documents avec nous. Le salaire d’un simple cadre du projet est de 833 dollars le mois et le coût du projet est de 1 milliards 500 millions de dollars. La direction générale a dit qu’on devait recevoir un salaire de 3 625 000 francs guinéens. Mais durant les cinq ans, nous n’avons reçu que 1 625 000 fg, c’est-à-dire, 50%. Tous les jours, quand nous réclamons, elle nous dit que le budget n’est pas encore débloqué. »     

Jusqu’au moment où nous publions cette dépêche, toutes nos tentatives pour avoir la version de la direction générale sont restées vaines.