Bicéphalisme au sommet de l’Union des Transporteurs de Guinée :  vers l’implosion ! (réactualisé)

1569

L’Union Nationale des Transporteurs Routiers de Guinée est divisée. Depuis que son président, El hadj Souleymane Cissé est immobilisé à son domicile, ses vices présidents, les plus proches collaborateurs et certains membres de l’Union se livrent une guerre sans merci. Il règne aujourd’hui au sein de cette vieille institution, un climat délétère avec pour corollaire le désordre, la confusion, la guerre des clans, la corruption et l’anarchie…Minée par le démon de la division, la plus puissante Union des Transporteurs Routiers traverse actuellement une crise qui risque de la faire exploser. Elle est aujourd’hui  mise sous une haute tension.

Jusqu’ici tranquille avec des membres qui évoluent en symbiose et dans la paix, l’Union des Transporteurs Routiers est à présent secouée suite à l’incompréhension et à la confusion entretenues par ses responsables. Ainsi, au lieu de regarder dans la même direction, ils se regardent les uns les autres et en chiens de faïences. Du coup, l’Union s’est retrouvée avec deux têtes. Deux groupes se disputent le leadership : le premier dirigé par le duo Alpha Amadou Bah-Ferebory Donzo et le second commandé par le couple Alpha Cissé-Youssouf Camara BBC. Ces deux groupes se livrent une guerre sans merci ces derniers mois dans les gares routières. Alpha Amadou Bah pense qu’il lui revient de droit en tant que collaborateur direct du président El hadj Souleymane Cissé. D’ailleurs il se dit bénéficiaire d’une procuration, bonne et en due forme. Pour Mr Bah et ses amis, l’Union Nationale des Transporteurs Routiers n’est pas un héritage familial pour qu’El hadj Cissé le cède aussi facilement à son fils Alpha Cissé.

Du côté d’Alpha Cissé, le fils d’El hadj Cissé qui a, lui aussi bénéficié d’une procuration, on soutient que les documents que détient l’autre camp, sont désormais caducs. Des documents qui ne sont plus valables. Puisque la nouvelle procuration, selon ce groupe, a abrogé les premières décisions qui ont fait d’Alpha Amadou Bah, le président par intérim de l’Union. On brandit ici le nouveau choix du Président malade. Et on jure la main sur le cœur qu’Alpha Cissé est choisi pour diriger l’union jusqu’à la fin du mandat de son père. Voilà donc les deux camps à couteaux tirés depuis deux mois au chevet d’un président malade!

Mais que s’est-il passé pour que cette institution qui a longtemps fait le bonheur des transporteurs guinéens, puisse tomber dans un cercle de querelles et de mésentente ? Peut-on savoir à qui profitent les troubles qui secouent  actuellement l’Union Nationale des Transporteurs de Guinée ? Enquête.

Pays du littoral atlantique équipé d’installations portuaires, la République de Guinée constitue un corridor de développement pour l’Afrique de l’Ouest. D’où l’importance du secteur des transports guinéen dans la lutte contre la pauvreté sur le plan national et dans la partie enclavée de l’Afrique de l’Ouest. Au sein de ce secteur, le transport routier de marchandises, des hommes et de leurs biens a un rôle prépondérant à remplir. Pour cela il convient qu’il fonctionne de manière performante et organisée. D’où la mise en place de l’Union Nationale des Transporteurs Routiers regroupant les professionnels, les patrons des transports et tous ceux qui évoluent dans le secteur.

Créé en 1985 à la faveur du changement de régime et de l’adoption de la politique du libéralisme, l’Union Nationale des Transporteurs Routiers de Guinée, avec à sa tête, El hadj Souleymane Cissé, a connu la pluie et le beau temps. Ainsi, dès sa création, l’union s’est attelée à la réorganisation des gares routières, à la mise en place des bureaux régionaux, à la revalorisation du secteur et à l’amélioration des conditions de travail des chauffeurs et  de celles de tous ceux qui interviennent dans le secteur du transport…

Après trente sept ans d’existence, cette union est aujourd’hui chapeautée par une faîtière. Mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Elle subit actuellement des soubresauts à l’interne. La confusion qui perturbe sa marche en avant. Et pour cause. Le vieux président El hadj Souleymane Cissé est malade depuis un an. Il n’a plus la force ni la capacité de continuer à conduire l’équipe qu’il a dirigée d’une main de fer pendant plus de trois décennies. Alors, bonjour les troubles et les coups bas au sein de l’Union ! Mais pourquoi en est-on arrivé là ?

Pour  Diallo Maninka, un collaborateur du président El hadj Souleymane Cissé et fidèle d’Alpha Amadou Bah et de Ferebory Donzo, tout est parti d’Alpha Cissé, qui se serait autoproclamé à la tête de l’Union et parti se joindre aux responsables de la section de Matoto pour semer le désordre: « L’année dernière, en partant pour ses soins à l’étranger (Sénégal et l’Inde), le président Elhadj Souleymane Cissé, a désigné le troisième vice-président, en la personne par d’Alpha Amadou Bah, pour assumer l’intérim en son absence.  Et ce, conformément aux textes de l’Union Nationale des Transporteurs Routiers de Guinée. Ce dernier assume cette responsabilité jusqu’au retour du président El hadj Cissé guéri. Mais quelques temps après, le vieux Cissé rechute et fait une nouvelle procuration, mais cette fois-ci pour Ferebory Donzo pour continuer à gérer les affaires courantes jusqu’à fin de mandat. Le mois dernier, à notre grande surprise, on apprend que son fils Alpha Cissé a reçu une procuration qui fait de lui président de l’Union Nationale des Transporteurs Routiers de Guinée. Comment pouvait-il avoir une procuration de la part du président Souleymane Cissé, sans que nous ne soyons au courant ? Nous doutons de l’originalité de cette procuration. Pour nous, c’est Ferebory Donzo qui assume les fonctions de président de l’Union. La preuve. Il a le soutien de tous les bureaux régionaux et ceux des communes de Conakry à part quelques-uns. Partout où ils ont déposé les courriers, les gens nous demandent… Personne ne les prend au sérieux. Ils profitent de la maladie du Président Souleymane Cissé pour fragiliser l’Union.  Ces gens-là marchent sur du faux. Ils le savent. Voilà pourquoi nous leur demandons de se ressaisir et revenir dans la grande maison », souhaite Mr Diallo, l’un des fidèles lieutenants de Ferebory Donzo.

Quant à Alpha Cissé, l’homme considéré comme principal acteur des troubles qui secouent l’Union des Transporteurs Routiers, son père, El hadj Souleymane Cissé, président de l’Union, a respecté la procédure. Parce que, dit-il, les textes ont été respectés : « Ceux qui disent que la procuration qui a fait de moi président de l’union a été falsifiée, ne sont pas informés ou ils veulent ternir mon image. La signature a été faite dans les règles de l’art et devant les témoins. Et cette nouvelle procuration abroge celle qui a été faite antérieurement. C’est-à-dire celle qu’ils brandissent sur tous les toits. La procuration qu’ils ont n’est plus valable», soutient Alpha Cissé.

Même son de cloche du côté de Matoto où règne le célèbre Youssouf Camara dit BBC, président communal des transporteurs routiers, vice-président du bureau central. Ce dernier très remonté accuse Alpha Amadou Bah, Ferebory Donzo et autres Diallo Maninka de fauteurs de troubles.

Pour lui, Alpha Cissé, le fils d’El hadj  Souleymane Cissé a été choisi par la majorité pour diriger l’Union des Transporteurs Routiers jusqu’à fin de fin du mandat de son père : « Selon les textes qui régissent l’Union, en cas d’incapacité, de maladie, de vacance de pouvoir, le premier vice-président, assure l’intérim jusqu’au nouveau congrès. A défaut, le deuxième vice-président et ainsi de suite. Au cas échéant, un congrès extraordinaire ou une réunion de consensus est organisée pour désigner le nouveau président. Ces derniers temps, le président de l’Union a opté pour le consensus. Quand il partait pour ses soins à Dakar, il a choisi Alpha Bah, le troisième vice-président, puisque le premier vice-président ne vit plus. A son retour, étant en bonne santé, il a repris sa place. Mais quelques temps après, il y a eu rechute. Il est complètement malade, inapte à diriger l’Union. Voyant son état, nous lui avons écrit un courrier lui demandant de choisir quelqu’un pour continuer son mandat. Le président Souleymane Cissé a favorablement répondu à notre requête. Il nous a alors demandé de choisir une personne capable de gérer l’Union. Au cours d’une élection consensuelle, l’unanimité a été faite sur son fils Alpha Cissé. C’est lui qui a été choisi pour finir le mandat en cours. Contre toute attente, on apprend que le groupe de Bah, de Ferebory Donzo et les Diallo Maninka ont mis en place un bureau pour contester le choix porté sur la personne d’Alpha Cissé. Ils disent qu’ils ne sont pas d’accord. Et depuis ils se mettent dans une position d’adversaires contre nous. Ils font le tour de la ville pour nous dénigrer, critiquer et saboter tout ce qu’on entreprend. Et pourtant ce sont eux qui sont dans l’illégalité au regard des textes. Nous, nous respectons El hadj Souleymane Cissé pour tout ce qu’il a été et tout ce qu’il fait pour l’Union des Transporteurs Routiers  depuis 1985. Nous demandons à nos frères d’en face de se joindre à nous pour entretenir ensemble notre « bébé ».  Le chemin qu’ils ont emprunté, ce n’est pas ça. Ils se sont trompés de chemin », déplore Youssouf Camara BBC.

L’Union nationale des transporteurs routiers de Guinée n’est plus aujourd’hui celle qu’elle était il y a dix ans. Autrefois l’union sacrée des transporteurs autour de son père fondateur, El hadj Souleymane Cissé, elle est désormais minée par les germes de la division et de la haine.  Victime de l’égoïsme de ses dirigeants actuels qui lui ont donné deux têtes, elle risque d’imploser, les jours à venir si d’ici là rien n’est fait.

Aux dernières nouvelles, le fondateur et président de l’UNTG, Elhadj Souleymane Cissé est décédé dans la matinée de ce lundi 1er février 2021 à son domicile, sis à la SIG Madina, des suites d’une longue maladie, rapporte une source familiale.

Facebook Comments