Bilan sportif 2019 : une année sportive en dents de scie en Guinée

0
863

L’année 2019 qui vient de s’achever, a été une année sportive en dents de scies pour notre pays. Avec les piètres prestations de nos équipes nationales, toutes disciplines confondues sur la scène  internationale. Toutefois, les lutteurs  Guinéens  se sont biens illustrés en  raflant  deux médailles en bronze au championnat d’Afrique en Tunisie et aux jeux Africains de Rabat. Les performances du cycliste  Abdoulaye Bangoura, devenu international,  grâce à ses succès dans les tours de la réconciliation en Côte d’Ivoire et au Sénégal. De plus, la pelote basque  se dote d’une infrastructure flambant neuve sur financement propre et  la récente inauguration du siège du comité d’organisation de la coupe d’Afrique 2025 en Guinée (COCAN)  auront marqués 2019   sur le plan  sportif.

A l’exception de la lutte  qui  a obtenu deux médailles en bronze au championnat d’Afrique en Tunisie et aux jeux Africains de rabat(Maroc), et la qualification respective du Syli local et  sénior de aux championnats d’Afrique des nations (CHAN Cameroun 2020) et de futal  au Maroc.  A cela s’ajoute  les performances d’Abdoulaye Bangoura dans les tours de Côte d’Ivoire et du Sénégal en Cyclisme qui désormais devient international. Cependant, les résultats techniques enregistrés  prouvent à suffisance que  2019 a été une année  morose sur le plan  sportif.

Au nombre des déceptions,  on retiendra la débâcle du Syli sénior à la 32ème édition de la CAN en Egypte, la disqualification des cadets  en coupe du monde par fraude sur l’âge de deux joueurs, suspendus  à deux éditions de  la CAN de cette catégorie , l’élimination prématurée de trois (03)   clubs  sur quatre  en campagne Africaine, et  les juniors au tournoi de l’UFOA à Conakry.

Léger bémol sur le plan des infrastructures sportives

Comme les années antérieures, Il n’y a pas eu de changement majeur  dans ce domaine technique. Par contre,  la  ligne a légèrement  bougé avec l’opérationnalisation du stade de Nongo, d’une capacité de 50 .000 places à l’occasion du tournoi de l’UFOA ‘’ stade Général Lansana Conté ‘’.  Il a par ailleurs  servi de cadre au match d’ouverture et à la finale du tournoi des fédérations ouest-Africaines (UFOA).

A  cela s’ajoute l’infrastructure de la fédération Guinéenne de la  pelote Basque dont les travaux  sont en cours de réalisation à hauteur de 95 pour cent,  l’inauguration récente  du  siège du comité d’organisation de la Coupe d’Afrique 2025 (COCAN).  La Guinée a par ailleurs  abrité des compétitions continentales dont  le tour cycliste international, la 2ème édition du tournoi des fédérations ouest-Africaines Zone A et les qualificatifs de futsal.

Une année de  scandales dans le milieu sportif guinéen

La participation guinéenne à la Can Egyptienne  a été  l’objet d’un  scandale financier qui a mis à  nu les détournements orchestrés dans la gestion de l’équipe nationale A. La fameuse affaire ‘’Syli gâte‘’ et la disqualification des cadets  par « fraude sur l’âge »  de deux joueurs,  suspendus à deux éditions  dudit  tournoi. La mauvaise gestion  des fonds alloués pour la participation du onze Guinéen à la 32ème messe de football.  Après le rapport technique qui s’est soldé par le limogeage du Belge, Paul Put à la tête du Syli, puis son remplacement par le Français Didier SIX, et la radiation du 1er vice-président de la FEGUIFOOT, Amadou Diaby.

L’audit sollicité par le Premier ministre, Kassory Fofana  est restée lettre morte après la publication du rapport d’étape.  La crise au sein de certaines fédérations sportives notamment le basketball, la problématique des infrastructures sportives, la subvention des associations nationales sportives, la formation des techniciens, la corruption, l’amateurisme  de certains acteurs sont les ingrédients  qui  ont conduit le sport guinéen à ces mauvais résultats.

Des  congrès dans certaines  instances sportives

Le 5ème  congrès électif de Handball tenu à Sangaredi (Boké) a reconduit le bureau sortant. En dépit de quelques guéguerres, l’athlétisme a réussi à tenir son assemblée élective. Par contre, des  fédérations à l’image de celle du tir à l’arc depuis 2006, n’a jamais organisé la moindre assemblée élective. Le congrès du basketball initialement prévu le 30 novembre a été reporté à cause du non ‘’respect’’ de certains articles  (Limitation du mandat du président) des statuts et règlement qui régissent son fonctionnement.

La plupart des fédérations actives ont organisé leur championnat et coupe national au compte de cette année qui s’achève. C’est le cas des instances de football, du basketball, du karaté, du taekwondo,  du volleyball, de handball pour ne citer que celles-là.

Rappelons par ailleurs que les fédérations de handball et de Basketball,  en collaboration avec l’association Pathé Diallo de la presse sportive, ont outillé  les sportifs aux techniques de ces différentes disciplines.