Billet : le Garde des Sceaux a-t-il les yeux en face des trous ?

0
491

Hier vendredi, alors qu’il était devant la presse pour dresser un bilan d’étape de sa feuille de route, le ministre de la Justice et Garde des Sceaux Mamadou Lamine Fofana a plutôt eu une réaction saugrenue quand il s’est agi de savoir dans quelles circonstances Fatoumata Binta Barry, une adolescente qui vivait le long de l’axe Bambeto-Hamdallaye avait trouvé la mort par balles, lors de la première journée de grève du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de guinée (Slecg).

 « Je ne suis pas au courant », telle fut la réponse lapidaire que le ministre de la Justice a jetée à la figure du parterre de journalistes présents à cette rencontre. Qui en sont restés là tout penauds.

Car cela est difficile à comprendre pour la plus haute autorité du parquet. Celui à qui les procureurs obéissent au doigt et à l’œil.

Peut-être à sa décharge, on pourrait croire que les informations ne lui auraient pas été remontées à temps par son staff à propos de ce décès. Mais l’opinion ne pourrait pas accepter que cela soit ainsi.

Ailleurs, une telle réaction aurait suscité une vaste polémique. Comme ce fut le cas récemment au Pérou où la ministre de la Justice s’est retrouvée sous le feu des critiques. Ana Teresa Revilla à qui des journalistes demandaient juste à la sortie de la messe de Noël, son avis sur un nouveau cas de féminicide qui venait de se produire, s’est contentée ‘’de sourire et de dire qu’elle ne répondrait pas, car elle était encore dans un état d’esprit festif’’.

Face au tollé suscité par cette réaction ‘’insensible’’, la ministre bien que s’étant excusée, s’est vu remonter les bretelles par le président péruvien Martin Vizcarra, comme le rapportent nos confrères de RFI.

Ici, ni le ministre de la Sécurité ni son homologue de la Justice ne sont au courant de ce qui s’est passé le jeudi le long de l’axe, où aux dernières nouvelles se sont deux victimes qui sont tombées sous des balles.

C’est à se demander si nos autorités n’ont pas les yeux en face des trous ?

Il ne faut donc pas s’étonner que ce soit plutôt M. l’Ambassadeur Henshaw des Etats-Unis qui se soit montré sensible à ces drames.

Le diplomate américain, a ainsi dans un communiqué rendu public ce vendredi, adressé ‘’ses condoléances aux familles des victimes tuées par armes à feu à Conakry le 9 janvier. Des victimes qui étaient des spectateurs qui se trouvaient dans les environs des manifestations’’, mentionne ledit communiqué, se basant sur les comptes rendus des médias locaux.

Lire vidéo: