Blocage des activités judiciaires à Labé : le procureur livre sa part de vérité (entretien) 

0
1093

Depuis le vandalisme du palais de justice de Labé, c’est pratiquement la toute première intervention du procureur de la République de ladite juridiction. Récemment accusé d’avoir rejeté la proposition de prêt provisoire d’un local faite par la mairie, le procureur a finalement accepté de briser le silence dans une interview accordée à la rédaction régionale de Guinéenews. Fallou Doumbouya motive dans cet entretien qui suit la décision de son institution et explique ce qui bloque la reprise des procès à Labé.

Guinéenews : qu’est-ce qui empêche la reprise des audiences, plus d’un mois après le vandalisme du TPI ?

Fallou Doumbouya : je ne peux pas employer le terme vandalisme mais plutôt le terme incendie volontaire. Je dis bien le terme incendie volontaire. Par rapport à la question que vous m’avez posée, je tiens à préciser que le parquet d’instance de Labé a toujours fonctionné. C’est vrai qu’à un moment donné, il y a eu des interruptions pour des raisons personnelles. Suite à cet incendie, monsieur le président de la Cour d’appel de Conakry a pris une ordonnance délocalisant provisoirement les activités du tribunal de première instance de Labé au niveau du tribunal de première instance de Pita.

Guinéenews : pour éviter cette délocalisation qui ne profite pas aux populations de Labé, les autorités vous auraient proposé un local que vous auriez rejeté. Est-ce confirme cette information ?

Fallou Doumbouya : lorsque les autorités locales, quand je parle d’autorités locales, je fais allusion au maire, à monsieur le préfet, ont pris connaissance de cette ordonnance, elles ont conjugué les efforts et elles ont proposé un local qui est en face de l’hôpital régional de Labé. Après avoir visité ce local, nous nous sommes rendus compte qu’il ne répond pas à nos critères. Parce que les bureaux sont insuffisants. J’ai décidé personnellement de mettre à la disposition du tribunal mon logement de fonction. Alors, nous sommes actuellement en train d’aménager ce logement qui fait office maintenant de palais de justice. Et encore la préfecture a mis à notre disposition le CECOJE (centre d’écoute, de conseil et d’orientation pour jeune). Et j’ai pris soin de me mettre en rapport avec le centre de formation professionnel de Labé qui a fait un devis par rapport à l’aménagement de la salle d’audience. Et ce devis a été transmis à monsieur le ministre d’État, ministre de la Justice. Nous sommes à l’attente de l’obtention des fonds nécessaires à l’aménagement de la salle d’audience qui nous permettra à coup sûr de reprendre effectivement les travaux au niveau du tribunal de première instance par la tenue régulière des audiences tant correctionnelles, criminelles, civiles, sociales et autres.

Guinéenews : donc vous ne pourrez pas reprendre les audiences avant la mise à disposition de fonds nécessaires à l’aménagement de la salle d’audience ?

Fallou Doumbouya : pas du montant mais à l’aménagement complet de la salle d’audience.

Guinéenews : mais cela risque de prendre encore du temps ?

Procureur : Ça ne dépend pas de nous. Et tout ce que je peux dire, c’est que nous sommes là tous les jours de 8 heures 30 minutes des fois même jusqu’à 18 heures. Le parquet d’instance fonctionne régulièrement. Mais, je tenais à vous préciser qu’au niveau d’un tribunal, il y a beaucoup d’organes que certains justiciables ne comprennent pas. Il y a le parquet, le siège, le greffe, les services d’appui. Donc, nous fonctionnons régulièrement.

Des propos recueillis par Alaidhy Sow Labé pour Guinéenews.org