Boffa: bagarres et jets de pierres interrompent une rencontre sur la nouvelle constitution

septembre 11, 2019 6:25

Après Boké hier mardi, c’était le tour à Boffa d’accueillir ce mercredi une délégation gouvernementale dont la mission est de promouvoir les consultations autour de la nouvelle constitution.

Portant sur le thème central :   »quelle constitution pour la Guinée  », cette consultation a connu la participation des représentants des jeunes, des femmes, des sages, des ONG et les administrateurs territoriaux de Boffa.

Prenant la parole, le maire de la commune urbaine de Boffa Elhadj Seydouba Kissing Camara a souligné que Boffa est une préfecture démocratique.

« L’exemple qui prouve que Boffa est une préfecture démocratique, est que c’est seule Boffa qui a installé ses maires sans problème et au même moment. Aujourd’hui, notre rencontre est une occasion pour toutes les parties prenantes d’exprimer librement sur le changement de la constitution, donner ce qu’elles pensent du changement de constitution sans contrainte », a-t-il déclaré.

« Je vous remercie pour le calme. Parce que ce n’est pas facile. Le sujet qui nous amène dans cette salle est en lien avec le débat portant sur la problématique de la constitution, pas de la nouvelle constitution. Merci naturellement à cet important groupe qui défend la constitution, c’est-à-dire le front national pour la défense de la constitution. La Délégation ici présente est composée aussi des jeunes. Ils ne sont ni ministres ni préfets ni sous-préfets. Ce sont vos frères enseignants qui ont décidé de prendre part à un débat national qui concerne la vie de la Guinée. La constitution ce n’est pas une simple loi. Si c’était une simple loi, le débat n’allait pas être posé aujourd’hui… La constitution, c’est la loi qui est au-dessus de toutes les lois et c’est le contrat social. Nous sommes venus sans violences discuter avec vous, pour échanger par rapport aux thèmes :   »quelle constitution pour la Guinée  » et  » est-ce qu’une constitution est changeable ?  ». Il y a certains qui disent qu’on ne doit pas toucher à la constitution. Pendant ce temps, d’autres affirment le contraire », a expliqué le chef de mission, Sory Sidibé.

Déçu des autorités, un membre du Front national de la défense de la constitution (FNDC) ayant requis l’anonymat, affirme que les gens ont été regroupés par les autorités sous prétexte qu’elles vont présenter le nouveau préfet. « Je ne suis pas satisfait… Le débat lié à la constitution, est un débat qui doit toucher toutes les composantes sociales. Mais, il y’a la manière de faire… Ils sont venus regrouper les gens sans pourtant leur expliquer le motif de la rencontre. Donc, les gens sont surpris ici par ce que nous nous pensons qu’ils veulent présenter le nouveau préfet. A notre grande surprise, c’est le débat sur le changement de la constitution qu’ils engagent… C’est à cause de nos sages qui sont assis ici qu’ils sont entrés dans la salle », a-t-il martelé.

Pour Mohamed Rakado Camara, le Secrétaire général du bureau de la jeunesse RPG Arc-en-ciel de Boffa, l’information n’a pas bien passé. C’était juste un petit groupe habillé en T-shirt du FNDC qui ont tenté de saboter la rencontre, a-t-il confié.

Il est à signaler que cette rencontre a été interrompue à cause des jets de pierres et des bagarres généralisées entre pro et anti nouvelle constitution.