voir Plus
    dimanche, 11 avril 2021
    28 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Bonne gouvernance: Le président Mahamadou Issoufou rafle  le Prix Mo Ibrahim

    Après avoir assuré une transition démocratique paisible au Niger à la fin de son second et dernier mandat, Mahamadou Issoufou vient d’être sacré lauréat 2020 du prestigieux prix Mo Ibrahim. Il entre ainsi dans le cercle restreint des grands présidents, ayant été gratifié de ce Prix de bonne gouvernance, fruit du leadership d’excellence en Afrique.

    Sur le site de la Fondation Mo Ibrahim (MIF), l’on rapporte que “le président du Niger a fait preuve d’un leadership exceptionnel et de respect pour la démocratie face à un cumul de défis sans précédent”.

    C’est au cours d’une réunion du Comité du Prix indépendant que la  Fondation Mo Ibrahim a annoncé l’attribution du prix au désormais ancien président du Niger. Un exemple et une fierté que beaucoup de dirigeants  africains devraient imiter pour le renforcement de la culture démocratique souvent confrontée aux idées rétrogrades.

    Pour rappel, le président Issoufou a effectué deux quinquennats présidentiels, de 2011 à 2020. Par ailleurs, avec ce Prix, il devient le sixième lauréat du Prix Mo Ibrahim, qui récompense et met à l’honneur le leadership africain d’excellence.

    L’objectif de la Fondation Mo Ibrahim est de “distinguer les dirigeants exceptionnels qui, au cours de leur mandat, ont développé leur pays et renforcé la démocratie et l’état de droit pour le bénéfice de l’ensemble de leurs concitoyens. Dans sa citation, le Comité du Prix souligne le leadership exceptionnel du président Issoufou, à la tête d’un des pays les plus pauvres au monde, confronté à un cumul de défis apparemment insurmontables”, peut-on lire dans le communiqué de la Fondation.

    Au cours de ses différents mandats, Mahamadou Issoufou “a conforté la croissance économique [de son pays] au bénéfice de ses concitoyens, fait preuve d’un engagement indéfectible en faveur de la stabilité régionale et défendu sans relâche le respect de la règle constitutionnelle et démocratique.”

    En vertu de ces qualités, le président Festus Mogae, président du Comité du Prix et ancien président du Botswana, a déclaré : « Face aux problèmes politiques et économiques les plus graves, notamment un extrémisme violent et une désertification croissante, le président Issoufou a su conduire ses concitoyens sur la voie du progrès.”

    Selon ce Comité, “aujourd’hui, le nombre de Nigériens vivant sous le seuil de pauvreté est tombé à 40 %, contre 48 % il y a dix ans. (…) Le président Issoufou a tenu ses engagements auprès du peuple nigérien et leur a ouvert la voie d’un avenir meilleur.”

    C’est pourquoi, dira le président Festus Mogae que “après mûre réflexion, le Comité a considéré que le président Issoufou est le digne lauréat 2020 du Prix Ibrahim.

    Élu président en 2011, Mahamadou Issoufou sera réélu en 2016, après de nombreuses années de régime militaire au Niger. Ainsi au terme de son second mandat, il organise une élection à l’issue de laquelle Mohamed Bazoum est élu.

    Au cours des années de présidence de Issoufou, le Niger a progressé dans de nombreux domaines, notamment dans chacune des quatre dimensions de la catégorie Développement humain- Santé, Éducation, Protection sociale, Environnement. Il figure également parmi les dix pays africains qui ont réalisé les plus fortes progressions dans le renforcement des opportunités socio-économiques pour les femmes au cours de la décennie écoulée.

    Réélu en 2016, Mahamdou Issoufou quitte ses fonctions à l’échéance prévue, dans le respect absolu de la règle constitutionnelle.  Il est décrit par le président de la Fondation Mo Ibrahim comme “un dirigeant exceptionnel, qui a œuvré sans relâche pour son peuple, pour son pays et pour sa région, en relevant des défis apparemment incommensurables avec courage et détermination.” Avant de dire : “j’espère que son parcours inspirera de nombreuses générations de leaders africains.”

    Avant Issoufou, les présidents Ellen Johnson Sirleaf du Libéria (2017), Hifikepunye Pohamba de Namibie (2014), le président Pedro Pires du Cabo Verde (2011), le président Festus Mogae du Botswana (2008) et le président Joaquim Chissano du Mozambique (2007) ont été les premiers bénéficiaires. Le président Nelson Mandela a été nommé le premier lauréat honoraire en 2007.

    Faut-il noter que le montant du Prix Mo Ibrahim est le plus élevé à l’échelle mondiale avec cinq (5) millions de dollars US sur dix ans.

    À LIRE AUSSI

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    PUBLIREPORTAGE