Bouréma Condé invite ses collaborateurs à faire de l’Administration du territoire le département pilote du pays

mai 30, 2018 9:34
0

Le général Bouréma Condé vient de bénéficier pour une nouvelle fois de la confiance du président de la République en le confirmant à la tête du ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation samedi 26 mai 2018.

Un acte présidentiel que le soldat promu salue à sa juste valeur avant de s’engager, lui et son Cabinet, à mieux faire. « Nous allons nous engager résolument à donner raison au chef de l’Etat. Nous allons nous engager résolument, une fois de plus,  à donner raison au Premier ministre, chef du gouvernement. Je pense que nous en avons la capacité individuelle et collective. Et nous allons le faire », a-t-il indiqué devant une foule nombreuse de cadres de son département.

Mea culpa public de l’officier

A décrypter les propos de l’officier militaire, l’on s’aperçoit clairement qu’il a vécu d’étranges moments entre la démission du gouvernement Youla et la mise en place du tout nouveau mené par Ibrahima Kassory Fofana.

« Quand vous vivez ce que j’ai vécu pendant ces jours passés, vous vous dites : ‘‘va présenter tes excuses à tes collaborateurs et remets-toi encore à eux’’.  Je termine mon intervention par ça. Parce que le chef, tu as beau faire, tu es obligé de blesser certains. C’est le devoir qui te le recommande. La rigueur administrative n’est pas une haine. Ce sont des nécessités de service, parce que vous voulez aller à plus de rendements de vos collaborateurs. Celui qui est en retard, je crie. Je dis : ‘‘tu es en retard’’. Celui qui fait qu’il ne doit pas faire, je lui dis : ‘‘tu ne dois pas le faire’’. Et cela peut m’emmener à adresser un blâme, à faire une suspension. Mais je ne suis pas méchant. Montrez-moi la seule mouche que j’ai enlevée à son poste depuis que je suis là. Je ne le ferais pas. Personne, en faitn ne doit souffrir de son nom, parce que tout simplement il est ce qu’il est. Non ! J’ai une seule appréciation : c’est la qualité du rendement, la qualité du travail. Je n’en ai pas d’autres. Cela n’a pas commencé ici. Et je prie Dieu que cela ne s’arrête pas ici. Donc, dans le frottement, j’en ai blessé parmi les femmes, parmi les hommes. Je présente mes excuses. Pardonnez-moi ! Parce que vous m’avez montré qu’on doit travailler avec vous, dans la cohésion et l’entente. Le prix de la grandeur, c’est la grandeur», a témoigné l’orateur.

Toutefois, après sa reconduction au sein du gouvernement, le général Bouréma Condé se fixe, à lui et à ses collaborateurs, un défi majeur dans la conduite à bon escient de leur mission. «Un nouveau boulevard s’étale devant nous. Empruntons-le ensemble. La main dans la main, faisons de l’Administration du territoire le département  pilote de ce pays», a-t-il intimé.