Bras de fer autour du prix du kilo de viande à Lélouma : des bouchers suspendus, les précisions du maire

0
534

De la pénurie de viande que traversent les citoyens de la commune urbaine de Lélouma depuis des mois, est né un bras de fer entre les autorités communales et certains bouchers. Notamment sur la question liée au maintien ou non du prix du kilogramme de viande vendu jusque-là à 30 000FG.

Conséquences: des bouchers suspendus pour une durée d’un mois, persistance de la pénurie de la viande pour les populations du centre-ville.

Par rapport à cette situation, le maire de la commune urbaine apporte des précisions : « ce qu’il faut comprendre aujourd’hui à Lélouma est qu’à chaque saison sèche, il y a une période qu’on appelle « morte » pour ce qui est de la viande au niveau de la boucherie. Soit, les animaux sont maigres ou rares, soit ils sont chers et très fatigués. A Lélouma, on s’était retrouvé au niveau de bloc préfectoral et on s’était entendu que partout dans la préfecture, qu’on vendrait à 30 000FG le kilogramme de viande. Mais dans certaines localités, ils n’ont pas pu maitriser leur marché et les gens sont venus à 35 000FG. Et nos bouchers ici au niveau de la commune urbaine vendaient à 30 000FG. (…). Et comme tous les bouchers de la préfecture s’approvisionnent à travers les mêmes marchés, c’était difficile pour eux de tenir la concurrence. (…) Parmi eux aussi il y avait certains qui se cachaient pour vendre à 35 000 FG le kilogramme. Mais on s’est dit aussi de ne pas les pénaliser ici et de les laisser vendre à ,35 000 FG », explique Moustapha Baldé.

Et toujours au maire de poursuivre :  » lorsqu’on s’est retrouvé avec les bouchers, ils ne se sont pas entendus entre eux pour l’augmentation du prix. Certains étaient pour et d’autres contre. C’est alors qu’on leur  a demandé de procéder à un vote. Et là aussi, il y a eu 50% de oui et 50% de non », précise Moustapha Baldé avant d’ajouter : » et comme ils ne se sont pas entendus, on leur a  donné une semaine. Le temps de réfléchir avant de revenir vers nous pour une solution définitive. C’était la semaine dernière. Et comme le prix était toujours à 30 000 FG encore, je leur ai demandé de conserver ce prix-là jusqu’à notre prochaine rencontre. Ils se sont engagés à ça mais au sortir de nos bureaux, certains d’entre eux, ils sont au nombre de cinq, sont allés vendre à 35 000 FG. Et le jour de notre rendez-vous, on est convenu du prix du kilogramme de viande à 35 000 FG. Mais ceux qui n’ont pas respecté ce qui avait été dit, on a été obligé de les sanctionner. C’est-à-dire il y a eu une suspension de ces cinq bouchers pour un moi, et au payement de 250 000 FG chacun », confie Moustapha Baldé.

Faut-il signaler qu’actuellement, ces cinq bouchers suspendus purgent leurs peines et que désormais le kilogramme de viande s’achète à Lélouma à 35 000 FG au lieu de 30 000FG.