Budget: à peine installé, le ministre entrant Ismaël Dioubaté fixe ses objectifs

mai 29, 2018 9:48
0

Le nouveau ministre du Budget, Ismaël Dioubaté a été officiellement installé ce mardi 29 mai dans ses nouvelles fonctions, a-t-on constaté au siège du département à Kaloum.

A l’entame de son discours, Ismaël Dioubaté a déclaré qu’il mesure l’ampleur de la responsabilité qui lui est confiée avant de prendre l’engagement de faire de son mieux pour être à la hauteur de cette immense confiance placée en sa modeste personne.

«Je remercie mon prédécesseur Mohamed Lamine Doumbouya pour les actions qu’il a menées au sein du ministère du Budget. Une dynamique de réforme a été enclenchée avec l’appui des cadres du département que je félicite », a-t-il fait savoir.

A en croire l’ancien haut cadre de la BCRG (Banque Centrale de la République de Guinée), depuis 2010 la Guinée est soumise à plusieurs défis, année après année, ces défis ont été relevés sous la haute direction du chef de l’Etat ainsi qu’au courage, à la persévérance des hommes et des femmes souvent méconnus du public (…). «Je fais miens les défis économiques qui sont sur le chemin de la croissance à deux chiffres voulue et souhaitée par le chef de l’Etat», a-t-il indiqué.

Dans la même logique, le ministre Dioubaté a promis qu’il fera de la lutte contre la corruption son cheval de bataille conformément, dit-il,  à la ligne directrice définie par le président de la République et sous la coordination du Premier ministre, chef de gouvernement.

«Je ne saurais tolérer aucune violation de la loi organique relative aux lois de finances.   Car, notre pays a véritablement besoin de réformes profondes dans le domaine de la gestion des finances publiques. Les principes et fondements de cette gestion ont été posés depuis 2012», a-t-il rappelé.

Dans le même sillage,  le ministre Dioubaté a fait savoir que son engagement consiste à faire ne sorte que le budget de l’Etat soit exécuté sur la base de celui de la prévision afin de mettre fin à toute forme de pilotage à vue et aller vers une gestion totalement axée sur les résultats dans le respect strict des dispositions de l’offre à laquelle il attache du prix.

«Le ministère du Budget a la responsabilité d’assurer le processus de mobilisation de recettes et d’exécution des dépenses de l’Etat. Les recettes et les dépenses s’inscrivent dans un cadre macroéconomique nécessitant impérativement une synergie avec le ministère de l’Economie et de Finances afin d’assurer un bon pilotage politique budgétaire. La maitrise de la chaine des recettes et celle des dépenses déterminent la capacité de l’Etat à faire face aux besoins de plus en plus pressants de nos braves populations», a-t-il expliqué en substance.