Cafouillage autour de la tenue du congrès de l’USTG: les mises au point de Louis M’Bemba

octobre 26, 2018 2:59
0

La décision du Secrétaire général de l’USTG (Union Syndicale des Travailleurs de Guinée)  Louis M’Bemba, de reporter leur congrès électif qui était prévu du 26 au 28 octobre, n’est pas passée chez certains membres dissidents qui tiennent ce vendredi  à Mamou ledit congrès.

Devant cette défiance, le Secrétaire général de l’USTG, Louis M’Bemba Soumah, entouré du Secrétaire général de la FESABAG (Fédération Syndicale Autonome des Banques et des Micro finances de Guinée) et également premier Secrétaire général adjoint de l’USTG ainsi que de Souleymane Sy Savané, le deuxième Secrétaire général adjoint de l’USTG, a rappelé son attachement à un congrès inclusif qui réunira tous les membres de la famille de l’USTG.

Dans la salle réunion au siège de l’USTG à Kaloum, Louis M’Bemba a annoncé que la FESABAG et la FESATEL ont rejoint la famille. «Dans sous peu de temps, notre frère Aboubacar Soumah, le secrétaire général du SLECG (Syndicat Libre des Enseignants de Guinée) sera avec nous», a-t-il indiqué. Lisez plutôt son intervention !

«Comme vous l’avez appris, à plusieurs occasions, nous avons eu à reporter notre congrès. Le dernier report a été fait il n’y a pas longtemps. Et pourquoi cela ? C’est parce qu’on a jugé utile d’organiser un bon congrès. Il faut que toute la famille soit réunifiée. Donc il faut réunir la famille d’abord pour que nous puissions faire un véritable congrès. Donc nous étions dans le processus de réunifier pour que la famille soit remise sur pied. Maintenant que la famille est remise sur pied, nous allons à un véritable congrès digne de nom, un congrès national.  Notre frère Aboubacar Soumah, le secrétaire général du SLECG (Syndicat Libre des Enseignants de Guinée) est avec nous. Il a rejoint la famille et dans sous peu, il sera avec nous. Aujourd’hui, c’est le tour de la FESABAG, nous allons rencontrer Aboubacar Soumah pour que la famille soit entièrement réunie. Nous avons bon espoir et nous pensons que tout se fera dans les bonnes conditions. Une fois que la famille est réunifiée, nous devenons très forts et nous ferons en sorte que le travailleur guinéen soit dans les conditions normales…»