Campagne agricole 2018-2019 à Boffa : Des agriculteurs se frottent les mains

0
629
Champ agricole à Koba. Aly Badara Camara/Guinéenews .

En dépit de quelques difficultés rencontrées liées au manque de purée technique et la submersion de certaines plaines, la campagne agricole 2018-2019 a été une réussite à Koba, une localité située dans la préfecture de Boffa.

Selon le directeur préfectoral de l’Agriculture, le Dr Alsény Camara : « cette année, la campagne agricole a été une réussite parce que nous, nous avions eu des stocks qu’on appelle stocks de sécurité que l’Etat nous a approvisionnés depuis 2017. Donc, de cette date jusqu’à 2019, ça fait trois ans. Donc, ce stock vient de s’épuiser et ce qu’il faut apprécier, nous avons eu des intrants qui avaient été sollicités par les paysans et qui étaient indispensables pour le bon déroulement de la campagne. Pour finir, nous avons des appréciations parce que jusqu’au 15 septembre 2020, il pleuvait. A Koba, la majeure partie des champs rizicoles ont très bien réussi ».

Champ agricole à Koba. Aly Badara Camara/Guinéenews .

Dans la même lancée, Elhadj Alseny Cissé explique : « Nous avons eu la chance pour cette campagne agricole de l’année 2018 – 2019 contrairement aux années précédentes. Nos semences avaient bien répondu. (…) Ici à Koba, il y a plusieurs groupements agricoles comme groupements de producteurs et de semenciers et tant d’autres. Il y a aussi des échanges d’idées et de techniques entre nous. Nous avons fait des demandes au niveau de tous les agriculteurs de Koba et d’ailleurs, de faire autant. La terre ne trahit jamais et nous demandons à l’Etat de multiplier les aides ».

Si une bonne partie des paysans est contente par rapport à la réussite de leurs champs, Abdoulaye Diallo de Koba-Kindiadi a souligné que beaucoup d’autres paysans ont été aussi confrontés aux problèmes de l’appauvrissement de leurs pleines.

A cela, il faut ajouter que « plusieurs digues de ceinture … ont lâché par faute d’entretien et de vétusté. Nous avons travaillé là-bas mais certaines plaines n’ont pas réussi .(…) Nous demandons encore à  l’Etat  de nous aider à réaménager notre plaine et doter encore nos chambres agricoles des intrants agricoles ».