Campagne électorale : Au stade 28 septembre, Alpha Condé fait une démonstration de force

0
344

C’est au stade du 28 septembre, plein comme un œuf que le président Alpha Condé, candidat du parti du RPG Arc-en-ciel, a clôturé sa campagne pour l’élection du 18 octobre, a-t-on constaté sur place.

Devant ses militants et sympathisants massivement mobilisés, Alpha Condé a rappelé qu’il a hérité en 2011 d’une nation (pays, ndlr) et non d’un Etat. «Je vous ai dit en 2011, j’ai hérité d’une nation pas d’un Etat. Parce que l’Etat, c’est une administration, les forces de l’ordre et la justice. Jusqu’à mon arrivée, la Guinée était appelée à Washington, panier percé (…). Nous avons posé les bases du développement. De même, nous allons nous attacher aux conditions sociales des Guinéens. C’est-à-dire, améliorer le panier de la ménagère», a-t-il promis.

Poursuivant, Alpha Condé s’engage à créer d’ici 2023, cent mille entrepreneurs jeunes. «Sur 10 Guinéens, 7 ont au moins 35 ans. C’est un pays jeune et nous sommes fiers de cette jeunesse. Il ne s’agira pas seulement de créer les emplois, mais je m’engage devant la jeunesse que d’ici 2023, nous allons créer 100 mille jeunes entrepreneurs», a-t-il promis.

S’adressant à ses opposants, Alpha Condé dira ceci : «dans ce pays, certains pensent que c’est le mensonge qui peut faire gagner. J’ai voulu montrer à la jeunesse que nous sommes dans la quatrième révolution industrielle. C’est pourquoi je restais à Sékoutouréyah et je communiquais avec les populations à l’intérieur du pays. Mais comme certains ne vivent que dans le mensonge, ils ont dit que je suis malade. Alors, la meilleure façon de montrer quelqu’un qui vit dans le mensonge, ne pourra jamais diriger un pays», a-t-il déploré.

Le chef de l’Etat a fait savoir à ses militants qu’il a été accueilli par des foules en liesse lors de sa tournée à l’intérieur du pays. «C’est Samedi que j’ai dit aux populations de N’Zérékoré que je viendrais le lendemain, tout le monde a vu la mobilisation. En quatre jours, j’ai fait Nzérékoré, Lola, Guéckédou, Kissidougou, Kankan, Siguiri, Faranah, Mamou (…). Je propose aux candidats qu’on marche de Matoto jusqu’à Kaloum. Il y a des gens parmi eux, quand ils soufflent, ils tombent», s’est-il moqué.

Et de poursuivre en appelant la jeunesse à lui faire confiance. «Hier, on n’avait que la bauxite, aujourd’hui nous avons le minerais de fer de Nimba qui va commencer. Celui de Zogota aussi va commencer. Mais le plus important, c’est Simandou avec un chemin de fer qui va partir de Kéréouané, Beyla, Nzérékoré et Macenta, Guéckédou, Kissidougou, Faranah, Mamou (…). La Guinée est en train de prendre son envol. Hier il n’y avait pas d’usines, il n’y avait qu’une seule usine de ciment, aujourd’hui, on a cinq. Il n’y avait pas d’hôtels, quand quelqu’un venait à Novotel, il partait directement prendre son vol et aller à Dakar puis revenir. Mais aujourd’hui, nous avons plus d’hôtels que Dakar. J’ai dit aux Guinéennes que désormais, l’heure est venue de s’occuper du social», a-t-il laissé entendre.