CAN 2019 : le message des mendiants et autres couches vulnérables au Syli

0
463

Mercredi 17 avril,  après le ministère du Commerce, la caravane de collecte de fonds en faveur de l’équipe nationale de football a atterri dans les locaux du ministère de l’Action sociale, de l’Enfance et de la Promotion féminine. Face aux membres du Comité de soutien, la ministre Mariama Diaby Sylla tient d’abord à rappeler que son ministère n’est pas comme les autres ; c’est un ministère qui vit des dons. Nonobstant, le ministère a réussi à trouver une enveloppe – dont le contenu n’a pas été dévoilé – pour soutenir la cause nationale.

Selon la ministre Mariama, on a tenu la main aux cadres du département, mais aussi aux femmes, aux enfants et même aux mendiants qui vivent autour des grandes mosquées de Conakry. « Et chacun d’eux à donner… », a indiqué la ministre. Mais, en donnant, ces Guinéens de la couche vulnérables ont tenu à adresser un message qui a été transmis au Comité de soutien. « Au nom des plus vulnérables, au nom du personnel, on a pu trouver une enveloppe pour soutenir le Syli. Lorsqu’on parle du Syli, on parle du Rouge-Jaune-Vert qui nous unit. Il est alors question de notre honneur à nous tous. La couche vulnérable voudrait donc que lorsque les joueurs seront sur le terrain, qu’ils pensent aux cinq mille, mille et cinq cents francs guinéens qu’on a donnés pour défendre l’honneur de la nation. Qu’ils ne pensent pas à l’argent, qu’ils pensent à l’honneur pour défendre vaillamment la nation », a transmis la ministre.

Pour sa part, la ministre  veut la coupe. « Je ne veux même pas qu’ils perdent, je veux qu’on nous ramène la Coupe », a émis la ministre qui a encore en mémoire la douleur de l’élimination à une  finale de Coupe d’Afrique.

Touché par ce message des plus vulnérables, le président du Comité de soutien au Syli, général Mathurin Bangoura a promis de transmettre à son tour le message au ministre des Sports, qui a mis en place ce Comité de soutien au Syli national. «  La crise économique est mondiale, mais ce que nous traversons en Guinée est aussi spéciale. Mais si malgré ça, les gens acceptent de mettre la main à la poche pour donner, ce n’est pas pour l’argent, c’est pour l’honneur… Ce message sera transmis « , a-t-il promis.