CAN U17: après 18 ans de galère, la Guinée qualifiée à une finale

avril 24, 2019 7:12

Même si elle a aligné plusieurs bonnes performances dans les compétitions africaines ces dernières années, la Guinée ne s’était plus qualifiée à une finale continentale depuis 2001. La nouvelle génération des cadets guinéens amené par Algassime Bah vient de casser le plafond de verre en Tanzanie en se hissant à la finale de la CAN U17 après avoir éliminé le Nigeria en demi-finale au National Stadium après une très longue séance des tirs au but (10-9 t.a.b).

Aucun observateur n’attendait les cadets guinéens à ce stade de la compétition. Nombreux sont ceux qui avaient misé sur le Sénégal, le Nigeria et le Cameroun. Pourtant, le sélectionneur national Maleah Camara et ses joueurs ne sont pas venus à Dar Es Salam pour se promener ou regarder les autres jouer. «Nos objectifs étaient de se qualifier à la Coupe du Monde et ramener le trophée en Guinée. Le premier est déjà atteint. Maintenant, il nous reste le second», nous a confié hier le capitaine des cadets Bah Algassime.

Pour aller en finale, Maleah Camara avait sa stratégie toute faite. «Nous avons toujours respecté l’adversaire du jour. Depuis la phase des poules, j’ai toujours dit qu’on prend match par match. Quand tu as en face une équipe joueuse comme le Nigeria, pour mieux défendre il faut attaquer. On s’est dit qu’il faut aller le plus haut possible pour les embêter. Même si on n’a pas marqué, on n’a pas non plus encaissé», explique-t-il à la conférence de presse d’après match.

Pour Maleah Camara, si la Guinée s’est qualifiée à la finale de la CAN U17 2019 après avoir perdu deux demi-finales consécutives c’est parce que ce ne sont pas les mêmes joueurs et ce ne sont pas les mêmes coaches. «Mais quand tu es coach, tu observes et tu te prépares parce que c’est ton métier. Un joueur on peut faire appel à toi. J’ai essayé de tirer les leçons et les enseignements de nos échecs antérieurs pour éviter de répéter les mêmes erreurs. Ça ne veut pas dire que les autres coaches n’étaient pas bons», analyse-t-il. Le dimanche 28 avril prochain, Maleah et ses hommes ont rendez avec l’histoire face au Cameroun. Ils ont l’opportunité de ramener le tout premier trophée continental d’une équipe nationale guinéenne à Conakry.

Tanou Diallo, depuis Dar Es Salam