Carnet de vol retour CAN 2019 : injures grossières et incivisme, quand les Guinéens se donnent en spectacle à l’aéroport du Caire

juillet 12, 2019 8:30

Mardi le 8 juillet à Alexandrie, un matin pas comme les autres pour Sitanium Cissé et d’autres compagnons qui prennent place dans le restaurant d’hôtel. Ils savent que c’est leur dernier petit déjeuner en Égypte.

De l’autre côté, un autre groupe de supporters annonce au gérant du petit café d’à-côté son départ pour la Guinée.

Il est 10 heures, les premières informations sur le vol du jour sont données par Djibril Kaké, le directeur national adjoint du Sport.

Le vol est programmé pour 1h30 et le départ d’Alexandrie est fixé  aux environs de 18 heures.

Chacun commence alors à faire ses valises tout en gardant présent à l’esprit que les chambres doivent être libérées avant 12 heures.

Dans ce brouhaha, l’émissaire de l’agence de voyage, SMC Négoce de Mohamed Bachir Haïdara décide de s’adresser une nouvelle fois au groupe : « prenez votre temps, les chambres sont payées jusqu’à demain mercredi. »

Une information qui n’a malheureusement guère rassuré, du moins qui n’a pas permis de ramener la sérénité au sein de la majorité des supporters présents sur les lieux. À 14 heures déjà, la réception de l’hôtel est littéralement inondée de bagages.

Au même moment, les bus qui doivent assurer la navette entre l’hôtel et l’aéroport du Caire se mettent en place.

Chacun se précipite à embarquer son bagage dans lesdits bus.

17h40, c’est le départ vers l’aéroport international du Caire. Un trajet de 3h30 de route. Avec les bouchons du Caire, il nous a fallu 4 heures de temps pour atteindre l’aéroport.

À peine arrivés à l’aéroport aux environs de 21h30, nous sommes accueillis au comptoir de la compagnie Ethiopian qui assure le vol direct.

Bachir Haidara PDG SMC Négoce nous informe que la majorité des supporters est déjà enregistrée et qu’il faudra enregistrer nos bagages au comptoir 2.

Il est 1h05. Nous voilà dans la salle d’embarquement. Les supporters et cadres de la délégation sont invités à se faire enregistrer au niveau du manifeste du vol. Au total 130 personnes sont enregistrées.

Dans la foulée, des sandwichs sont distribués à tout le monde.

Des injures et de l’incivisme à outrance

2H40. Aly Kaba, l’assistant du ministre du Budget et des membres de la compagnie avancent vers le comptoir pour donner l’ordre d’embarquement. M. Kaba avance et demande au personnel de faire embarquer les privilégiés de la Classe Business dont il fait partie. Tout ceci, devant le regard médusé des autres supporters qui étaient déjà en rang serré pour attendre, chacun, son tour d’appel à l’embarquement.

Un appel qui a mis le feu aux poudres !

Cet appel à l’embarquement des passagers prioritaires par Aly Kaba a été perçu comme une véritable déclaration de guerre par ces nombreux supporters. Puis s’ensuit une envolée d’injures grossières dans les rangs des supporteurs à l’endroit de Aly Kaba.

Cet indescriptible tohu-bohu s’invita jusque dans la salle d’embarquement de l’aéroport. Ce qui a obligé le personnel de la compagnie Ethiopian Airlines à arrêter l’embarquement. Celui-ci voulant faire embarquer en premier les femmes et les enfants.

Pendant ce temps, ce beau monde de supporters frondeurs, laissait derrière lui, un autre spectacle plus dégueulasse : les débris et restes de mangers abandonnés dans la salle d’embarquement. Indigné par cette, le directeur national adjoint des Sports Djibril Kaké tente de ramasser ces ordures qui trainaient ça et là.

Finalement, après toutes scènes déconcertantes, les privilégiés de la classe business ont embarqué les derniers.

Des opérations d’embarquement qui ont pris plus de temps que prévu.

À l’intérieur de l’immense Boeing, le directeur des Sports Kaké lève le ton : «je suis et reste le seul responsable dans cet avion. Donc, la pagaille doit cesser. »

Des propos qui n’ont pas manqué de faire réagir Sitanium Cissé en ces termes :

« Kaké, nous sommes dans l’avion. Seul le commandant de bord peut parler ici. Donc pardon il faut t’asseoir… »

À cette réaction de Sitanium, Aly Kaba va répliquer à son tour : « non Sita, Kaké a raison. Il doit prendre sa responsabilité… »

3H57, le Boeing de la compagnie Ethiopian affrété par la Guinée pour transporter les supporters du Syli, décolle de l’aéroport au Caire pour retrouver le sol de l’aéroport international de Conakry-Gbessia à 8H49 heures de Conakry.

Ainsi pris fin l’aventure controversée des Guinéens au pays des Pharaons.

Bangaly Steve Touré, de retour de la CAN 2019 en Égypte

Lire vidéo: