Célébration du 2 octobre au stade du 28 septembre: Dr Oussou craint une malédiction pour le pays

septembre 29, 2018 6:03
0

«Danser avec Alpha Condé au stade du 28 septembre , les morts vont continuer à nous maudire »

Le 28 septembre revêt désormais en Guinée une date à double sens. La première concerne la joie des Guinéens d’avoir dit ‘’non’’ à la communauté française voulue par le général de Gaulle en 1958. La 2ème, c’est ce  » lundi noir » pendant lequel 156 Guinéens, selon l’ONU, ont été tués par des militaires au stade du 28 septembre en 2009 pour s’être opposés au maintien au pouvoir du capitaine Dadis.

Le 2 octobre, la Guinée va célébrer ses 60 ans d’indépendance. Cette fête sera organisée au stade du 28 septembre. D’où les critiques de certains responsables politiques de l’opposition, notamment le Vice-président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG),  Dr Fodé Oussou Fofana.

C’est la première fois que Fodé Oussou préside l’assemblée générale de son parti depuis son retour de la Mecque. Ce samedi 29 septembre 2018, lors de cette rencontre hebdomadaire, Fodé Oussou Fofana s’est d’abord exprimé sur la situation à la Cour constitutionnelle :  « Si M. Alpha Condé voulait célébrer l’indépendance de la Guinée, il n’allait pas nous dire qu’il ne connait pas ce qui se passe à la Cour Constitutionnelle en tant que président de la République.  Il est le parrain de ces conseillers. Mais nous l’attendons. Et pour démontrer à Alpha Condé qu’on est indépendants, que ce qu’on acceptait il y a quelques années ne peut plus être accepté, nous allons nous mobiliser et démontrer à Alpha Condé que nous sommes indépendants. Mobilisez-vous.  Nous allons accompagner le Balai citoyen (la structure de la société civile qui appelle à manifester lundi contre la destitution de Kèléfa Sall, ndlr) à la Cour constitutionnelle. Nous disons à Bafoé (Ansoumane Camara, patron de la CMIS, ndlr) s’ils aiment la paix, de rester à la maison. Nous allons sortir à partir de 4 heures.)

Parlant des événements du 28 septembre 2009, Fodé Oussou accuse le président Alpha Condé de n’avoir pas  » la volonté politique  » pour rendre justice aux victimes : « nous sommes d’accord pour l’indépendance de la Guinée, nous sommes d’accord pour célébrer l’indépendance de la Guinée, mais en attendant, il y a des choses qui se sont passées au stade du 28 septembre où on a tué nos frères et sœurs, des femmes ont été violées. Quelle que soit la volonté de Me Cheikh Sako, ministre de la Justice, il n’y aura pas de justice tant que M. Alpha Condé n’a pas la volonté que justice soit faite. »

 Plus loin, le Vice-président de l’Ufdg demande aux Guinéens de ne passer au stade du 28 septembre le 2 octobre. Ils peuvent, selon lui, fêter dans leurs quartier respectifs, aux stades de leurs quartier.

« Restez à la maison, mobilisez-vous dans vos quartiers, chantez, dansez, allez partout où vous voulez. Achetez la viande et faites la fête. C’est votre indépendance. Allez au stade de Nongo, au stade de Matoto mais ne partez pas au stade du 28 septembre. Il n’y a pas de célébration de la fête de l’indépendance au stade tant que justice n’est pas rendue. N’accompagnez pas Alpha Condé au stade du 28 septembre tant que justice n’est pas rendue aux victimes du 28 septembre. »

Pour Fodé Oussou, participer à la fête du 2 octobre au stade du 28 septembre avec Alpha Condé, c’est aider le président guinéen à se faire légitimer aux yeux de la communauté internationale : « Il a invité des chefs d’État étrangers pour venir démontrer à ces gens que lui, Alpha Condé, il a la légitimité, est le président bien-aimé, le tout puissant de la Guinée. Nous allons démontrer à ces gens que Alpha Condé n’est pas en harmonie avec son peuple. Nous allons démontrer à ces gens que depuis qu’il est au pouvoir, nous avons enterré 94 jeunes au cimetière de Bambeto. Nous allons démontrer à ces gens que depuis 2009, nos soeurs ont été violées au stade du 28 septembre, il n’y a pas eu de justice. M. Alpha Condé sera au stade du 28 septembre avec des gens qui n’aiment pas la Guinée, qui ne veulent pas qu’il y ait la justice dans ce pays. Je vous le demande parce qu’aller au stade du 28 septembre, danser avec Alpha Condé, ces morts vont continuer à nous maudire. On ne peut pas l’accepter. Nous avons été la fierté de l’Afrique. Nous allons fêter le 28 septembre 2018 partout sauf au stade du 28 septembre. »

Il reste à savoir si les Guinéens entendront cet appel. On le saura le 2 octobre.