Cellou Dalein : «Depuis qu’Alpha Condé est au pouvoir, nous avons enterré 194 jeunes personnes»

0
947

«Depuis qu’Alpha Condé est au pouvoir, nous avons enterré 194 jeunes personnes dont la plupart ont moins de 20 ans», a déploré ce vendredi 3 juillet 2020, le président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), Cellou Dalein Diallo. C’était à l’occasion de l’inhumation des huit jeunes tués lors des précédentes manifestations du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC).

A l’entame de son intervention, Cellou Dalein Diallo qui s’exprimait au nom des leaders des partis politiques de l’opposition, a promis que rien ne sera ménagé pour qu’il y ait la justice dans ces crimes.

«Je présente les condoléances de tous les partis politiques de l’opposition. L’absence de justice constitue l’autre second crime. On peut mourir mais, c’est regrettable que l’Etat qui a la responsabilité d’assurer la sécurité des citoyens et de les garantir la justice se réjouisse en commettant encore un troisième crime en confisquant les corps, en refusant de rendre les corps à leurs familles.

Nous déplorons cette irresponsabilité de ces crimes que l’Etat est en train de commettre dans notre pays. La meilleure manière de marquer notre désaccord et notre solidarité avec les familles endeuillées, est de continuer la lutte pour laquelle ces jeunes sont morts. Ce sont des jeunes de moins de 15 ans abattus à bout portant par des armes achetées par les contribuables guinéens (…).

Il faut que la lutte continue pour que la justice soit rendue définitivement. Il n’y aura pas de justice tant qu’Alpha Condé est au pouvoir, il gouverne par le crime. Près de 200 personnes sont abattus sans justice, sans enquête, sans sanction administrative à l’endroit des responsables de la police ou de la gendarmerie.

Depuis qu’Alpha Condé est au pouvoir, nous avons enterré 194 jeunes personnes dont la plupart ont moins de 20 ans. Ce qui se passe aujourd’hui est plus grave par rapport à ce qui s’est  passé au stade du 28 septembre où il y a eu 159 morts en 2009.

Aujourd’hui, nous sommes à près de 200 morts dont l’Etat devait assurer la sécurité. Alpha Condé qui est censé être le président de tous les Guinéens, qui devait apporter sa compassion et qui devait mettre en œuvre les instruments nécessaires pour l’indentification des auteurs et des commanditaires des crimes afin que ceux-ci soient traduisent devant les tribunaux mais, il préfère garantir l’impunité aux criminel».