Cellou Dalein : « Il faut que vous soyez prêts, car Alpha l’est déjà… »

mai 25, 2019 4:02

A l’occasion de l’assemblée générale de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) de ce samedi 25 mai 2019, Cellou Dalein Diallo est longuement revenu sur cette affaire de présidence à vie pour Alpha Condé.

Dans son intervention, le président de l’UFDG a rappelé que si l’actuelle constitution présente des insuffisances, comme l’affirment certains, toutes les parties de cette loi fondamentales peuvent faire l’objet de révision sinon que deux dispositions, en l’occurrence les articles 27 et 154.

« […] Le clan dit à Alpha Cond : ‘’il faut que tu restes. Tu es le sauveur, tu es le Messie. Tu es ceci et cela.’’ Mais eux ils profitent tous. Il dit mais ‘’comment on fait, puisque la constitution dit que nul ne peut exercer plus de deux mandats, consécutifs ou non et que cette disposition n’est pas révisable’’. La révision de la Constitution est possible, sauf pour ces dispositions (Articles 27 et 154, ndlr). S’il faut changer quelque chose, on examine l’opportunité de le faire. Mais ça c’est impossible. Il dit non cette constitution n’est pas bonne, il faut qu’on la jette à la poubelle. Ils font une nouvelle Constitution. Toutes les autres dispositions sont révisables. Mais nous voulons être une République laïque, nous voulons l’alternance », a longuement expliqué l’ancien Premier ministre de Lansana Conté.

Poursuivant son intervention, il justifie l’attitude des promoteurs de la nouvelle constitution par leur envie de se maintenir au pouvoir et de profiter des biens publics : « Tout cela c’est pour simplement permettre au clan de se maintenir au pouvoir et de continuer à s’enrichir au détriment du peuple. Mais le peuple, cette fois-ci a compris. Donc ça ne passera pas. »

Cellou Dalein Diallo arme ses partisans de courage afin d’empêcher Alpha Condé de se maintenir au pouvoir au-delà de 2020 : « Soyez prêts. Alpha l’est déjà, parce qu’autour de lui, malgré toutes les prises de position de la société civile, les syndicats, les patriarches, les sages, les Kountigui, tout le monde prend position, et lui veut passer outre. Il faut qu’il nous trouve sur son chemin, parce que nous avons le soutien de tout le peuple de Guinée et d’ailleurs c’est tout le peuple qui sera dehors, parce qu’on veut mettre fin à cette misère imposée, qui ne se justifie pas, compte tenu des richesses de ce pays, et surtout des flux importants de ressources qu’on a enregistrés ces derniers temps. »

Insistant sur les flux de ressources qui entrent dans le pays à travers notamment l’exploitation de la bauxite, le président de l’UFDG parle de dilapidation de la manne financière obtenue des mines : « Il (Alpha Condé, ndlr) est fier de dire que nous exportions 15 millions de tonnes de bauxite. Aujourd’hui nous sommes à 50 millions. Mais où va cet argent ? Est-ce que les conditions de vie ont changé ? Est-ce qu’on assainit la ville aujourd’hui ? Est-ce les salaires ont augmenté proportionnellement ? Est-ce que les élèves sont dans des classes beaucoup plus confortables ? Est-ce que les Guinéens assurent les deux ou trois repas par jour ? Il confisque cet argent. C’est la corruption. Cette corruption n’a jamais atteint ce niveau. »