Cellou Dalein : « Nous n’allons pas continuer à être naïfs avec M. Alpha Condé »

avril 29, 2018 3:13
0
Lors de l’assemblée générale de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) de ce samedi 28 avril, Cellou Dalein a qualifié la convocation  de certains leaders de l’opposition par la justice de « provocation ». Il prévient qu’ils ne se laisseront pas roulés par le président Alpha Condé.
« Ils ont convoqué les leaders de l’opposition, qui ont  signé la déclaration d’information sur la dernière manifestation. Nous n’allons pas continuer à être naïfs avec M. Alpha Condé. Nous privilégions le dialogue, mais nous ne sommes pas naïfs. S’il ne veut pas qu’on maintienne l’atmosphère de décrispation, mais écoutez, il faut qu’on tire les conséquences », a affirmé le chef de file de l’opposition guinéenne.
Cinq membres de l’opposition sont convoqués au TPI (tribunal de première instance) de Dixinn le 3 mai prochain. Dès lundi 30 avril, l’opposition va se retrouver pour discuter de cette affaire, souligne Cellou Dalein Diallo. « L’opposition se retrouvera lundi et tirera les conséquences. Cette convocation des leaders est une provocation. Il faut que vous soyez préparés le 3 mai. Il faut que vous soyez tous au tribunal de Dixinn. Il n’est pas question de se laisser  intimider par Alpha Condé. Nous voulons rester dans la dynamique de décrispation et dans l’apaisement, mais nous n’allons pas aller suspendre nos manifestations et on continue de nous harceler. C’est inacceptable », a prévenu Dalein.
La rencontre du chef de file de l’opposition et le chef de l’État avait permis la suspension de toutes les manifestations. Ce qui a décrispé un peu le climat politique resté très mouvementé après les élections communales du 4 février dernier. Mais la convocation des membres de l’opposition et la condamnation de Ibrahima Sory Camara pour « outrage » et « diffamation » à l’encontre du chef de l’État, risquerait d’interrompre la trêve, estiment les observateurs.
« Après ma rencontre avec le président de la République, je croyais qu’on allait entrer effectivement dans une dynamique d’apaisement, mais ce n’est pas le cas. Ibrahima Sory Camara a été jugé et condamné à une peine sévère », a-t-il commenté.