Cellou Dalein : « Nous reviendrons à la table de dialogue à condition…»

mai 19, 2018 10:10
0

« Je voudrais souhaiter un bon ramadan à tous nos compatriotes musulmans où qu’ils se trouvent,  dans quelques partis qu’ils militent. Je souhaite que le mois de ramadan soit un mois de pardon, un mois de réflexion, un mois de réconciliation pour notre peuple afin qu’il aille uni vers le progrès. Je demande à tous les militants de l’UFDG de prier pour l’unité de notre pays, pour son progrès, pour qu’il y ait moins d’injustice, moins d’arbitraire, moins de violation des droits humains et plus de démocratie, plus de tolérance pour notre pays ».

C’est par ces vœux que le président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée a débuté son assemblée générale ordinaire  ce samedi à son siège à la Minière. Il a ensuite félicité les militants et sympathisants de l’opposition républicaine pour « le succès » enregistré lors de la journée ville morte du lundi passé. Pour Cellou Dalein Diallo, c’est normal que les partis de l’opposition protestent parce que leurs militants sont « victimes de vol, de fraude électoral, d’arrestation arbitraire, de détention arbitraire ».

Revenant sur la suspension de leur participation au comité de suivi, Cellou a déclaré qu’il y a eu beaucoup de bonnes volontés qui ont tenté d’infléchir la position de l’opposition. « Nous avons dit que nous privilégions le dialogue à la rue mais il faut que ce soit un dialogue de bonne foi.  On ne vient pas autour de la table pour narguer les gens, pour insulter ou pour leur marquer de respect », fait remarquer l’opposant.

Poursuivant, le chef de file de l’opposition a fustigé le comportement du  président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle pendant le dialogue. « Vous écoutez de temps en temps Amadou Damaro Camara, il est d’une arrogance insoutenable. Même dans les réunions, il est comme ça », a martelé le chef  de file de l’opposition puis d’ajouter : « Nous avons besoin que les gens soient de bonne foi pendant le dialogue, nous avons aussi besoin qu’on respecte les adversaires lorsqu’on se retrouve autour d’une table et nous voulons qu’il y ait des solutions (…) On ne peut pas continuer à aller tous les matins au comité de suivi s’il n’y a pas de progrès », a fait savoir Cellou Dalein.

Il affirme que l’opposition est  prête à reprendre sa place au tour de la table. « Mais, dit-il, à condition qu’ils sentent chez les représentants de la mouvance, une volonté d’aller vers des solutions justes et équitables par rapport au contentieux électoral et qu’il y ait un effort de libération de nos compatriotes qui sont détenus en prison sinon on n’ira pas et nous allons continuer les manifestations. »