CENI : les confidences de Jacques Gbonimy sur son mentor, Jean-Marie Doré

février 3, 2019 8:36

«J’étais attendu toutes les nuits pour les comptes rendus. Parce que je devais rendre compte de tout ce qui se passait à la CENI. Il (Jean-Marie) ne dormait pas. C’est normal, après la transition (ndlr : version Dadis), c’est lui qui était chargé de l’organisation des élections.»

Mardi 29 janvier dernier, alors que l’ancien ministre de la Culture Aly Gilbert Iffono présentait son livre sur feu Jean-Marie Doré, c’était l’occasion pour certains proches de l’ancien Premier ministre de livrer quelques confidences sur sa vie.

Membre de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) de 2010 à janvier 2019, Jacques Gbonimy qui représentait l’UPG (Union pour le Progrès de la Guinée) devait rendre compte à celui qu’il appelle son père politique. Et pour ce compte rendu, Jean-Marie Doré ne dormait pas en 2010. Extrait de son témoignage :

«  Ici (salle de conférence du Musée national, ndlr), il y a la famille politique et celle biologique de Jean-Marie. Dans ce lot, il y a aussi les enfants politiques de Jean-Marie.  Et je fais partie de ses enfants. Nous sommes nés dans les mains de Jean-Marie parce que j’ai fait la même classe que son premier fils Cyril Doré […] J’ai adhéré à son parti, à la création des partis. J’ai gravi tous les échelons. Et nos relations sont devenues très serrées en 2010 parce que j’étais le représentant de l’UPG à la CENI. J’étais au cœur de la Transition. Maman Aïcha est là, elle sait ce qui se passait les nuits. J’étais attendu les nuits pour les comptes rendus, parce que je devais rendre compte de tout ce qui se passait à la CENI. Il (Jean-Marie) ne dormait pas. C’est normal, après la Transition (ndlr : version Dadis), c’est lui qui était chargé de l’organisation des élections (en 2010). Il fallait qu’il soit informé… J’ai côtoyé Jean-Marie jusqu’au dernier jour. Ce que je demande à monsieur Gilbert, c’est de continuer le travail. Parce qu’il m’avait dit que cet ouvrage est le premier tome. Je voudrais vous encourager pour que notre papa soit mieux connu… »