Centre multiculturel de Kankan : les travaux à l’arrêt faute de financement

0
695

C’est au mois d’août 2017, que le premier ministre Dr Ibrahima Kassory Fofana en compagnie du ministre de la Culture Sanoussy Bantama Sow et en présence de toutes les hautes autorités locales de la place, s’étaient  donné rendez-vous sur le site situé au quartier ex-aéroport pour la pose de la première pierre de construction d’un espace culturel dédié à la Mamaya.

Les travaux devaient durer  deux (2) ans au maximum. Il était question alors de bâtir conformément à ce qu’indique la maquette du projet, un palais de la culture, doté d’une arène pour la célébration annuelle de la Mamaya, avec des milliers de places assises pour les spectateurs. Car pour reprendre les termes du premier ministre qui se prêtait aux médias juste après la pose de la première pierre, «  la Mamaya étant institutionnalisée et classée patrimoine culturel national, il faut qu’elle quitte dans la rue ».

C’est ainsi que l’exécution des travaux a été rapidement confiée à l’entreprise GUITRAPRES (Guinéenne des Travaux Publics, de Transport et de Prestation de Service, appartenant à M. Kabiné Kaba, un entrepreneur résident à Conakry et fils ressortissant de la localité. Cependant, 3 ans se sont écoulés, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’en dehors du site qui a été entièrement clôturé et placé sous la surveillance d’un gardien, une pancarte sur laquelle est affichée la maquette du projet, quelques piliers des fondations ont été faites et quelques matériaux de  travail sont stockés. Mais ce gigantesque chantier de 2 hectares, jusqu’ici ne connaît aucune avancée notoire.

Sur le site, comme vous pouvez l’apprécier vous-mêmes à travers les images, ce sont les hautes herbes qui ont fini par prendre plus de la hauteur que ces premiers piliers érigés qui sont même devenus presqu’invisibles. Et le pire dans tout ça, c’est que les travaux sont à l’arrêt depuis deux (2) ans, ce pour des défauts de financement.

Selon l’entrepreneur M. Kabiné Kaba, que nous avons pu joindre au téléphone, les premières actions réalisées sur le site, aussi minimes soient-elles, ont été financées sur fonds propres. Son entreprise et lui n’auraient perçu jusqu’à ce jour, aucun kopeck de la part des autorités.

« La première pierre a été posée, il y a trois (3)  ans par le premier ministre Kassory Fofana. Si le Projet est en souffrance, c’est  faute de financement. Tout ce qui est réalisé en ce moment sur le terrain, est fait à partir de nos propres fonds. On a déjà fait le forage, confectionné près de 8.000 briques, les ferrailles sont sur le terrain, les leviers topographiques sont exécutés et la fondation est aussi quasiment terminée. Tout ça à nos propre frais », a-t-il indiqué.

Néanmoins à en croire le chargé de la communication de GUITRAPRES (Guinéenne des Travaux Publics, de Transport et de Prestation de Service), Lamine Camara lui aussi  joint  au téléphone depuis la capitale Conakry, ils seraient à l’attente d’un décaissement de près de 5 milliards de nos francs pour la reprendre les travaux.

« Il y a une lourdeur administrative, qui affecte l’évolution du projet. Sinon franchement nous espérions avoir achevé à 90 % voire même à 100 %  le projet bien avant même la Mamaya de cette année (qui été annulée pour faute de COVID-19). Mais en ce moment, un financement est en cours et nous sommes en train de tout faire pour que notre décaissement d’à peu près 5 milliards de francs guinéens soit effectué », a-t-il assuré.De leur côté, les premiers bénéficiaires de cette infrastructure, commencent  eux  à s’inquiéter et aussi à s’impatienter. Mohamed Lamine Ringo Kaba, est le coordinateur des Sédès (classes d’âge), organisateurs de cet évènement culturel (la Mamaya).

« Le ministère de la Culture a promis que Kankan aurait une arène pour abriter la Mamaya dans un délai bref. Mais aujourd’hui vraiment nous avons beaucoup d’inquiétudes parce qu’en trois ans, rien n’a vraiment bougé. On avait pourtant été rassurés que dès après la pose de la première pierre, les travaux devrait continuer jusqu’à l’achèvement. Malheureusement ce ne fut pas le cas. Donc ça c’est un remords pour nous. Et nous souhaitons que le ministère de la Culture, et le premier ministre, se souviennent de leur promesse faite à la population de Kankan, car nous tenons à célébrer la prochaine édition de la Mamaya dans cette arène, parce que nul n’ignore que le carrefour Chérifoula, qui l’abrite est devenue très exigu. Cette place ne s’y prête plus. La mobilisation est devenue beaucoup plus grande et à cause de l’affluence, on arrive même plus à exécuter les pas de danse, comme il le faut », a-t-il déploré.

Enfin, puisque les entrepreneurs du projet, ont assuré  que les lignes ont commencé à  bouger pour le décaissement du financement, on devrait peut-être assister dans les jours à venir, à une reprise du travail sur cet autre chantier inachevé.

Lire vidéo: