Ces Guinéens qui nous rendent fiers ! Oumar « Bagou », Ingénieur en chef à Apple Computer.

0
3596

Avez vous joué sur la console de jeu PlaySation ou X-Box? Si oui, vous devez remercier un ingénieur guinéen qui a été responsable de la première équipe qui a écrit et testé les codes de la console de jeu au succès planétaire.

La prochaine fois, que vous achèterez un des multiples produits d’Apple, il y a de fortes possibilités que plusieurs « features » tels que le « face time » ou le « facial recognition » des Ipad, Iphone, MacBook ou autres +…. ont été conçu et testés grâce en partie à une compétence guinéenne.

Pour cela aussi remerciez Alpha Oumar « Bagou » Barry, ingénieur prodige à Apple Computers, un des nombreux Guinéens « qui nous rendent fiers » qui est l’objet de la présentation de Guinéenews.

En effet, Alpha Oumar Bagou est un ingénieur en micro électronique qui fait partie des rares élus – un des seul guinéens connu – qui travaillent dans l’épicentre des compagnies high tech dont la plus célèbre Apple Computers qui est reconnue pour la qualité et le haut talent de ses employés et le sévère processus de sélection. Travailler à Apple est le rêve de toute personne qui évolue dans la haute technologie.

Enfance guinéenne classique

Né en 1975 à Conakry Alpha Oumar Barry connu sous le surnom de “Bagou” a fait l’école primaire en République du Niger, où son père Alyou Barry (ancien député et chroniqueur du journal Le Lynx) travaillait comme fonctionnaire international pour l’Autorité du Bassin du Niger, une organisation sous régionale. Sa mère est Hadja Aminata Diallo, pharmacienne .

Revenu en Guinée en 1986, Oumar fréqente le tout nouveau collège et lycée  Sainte Marie, première promotion. Après avoir sauté une classe tellement ses notes étaient au dessus de la moyenne, il obtient le baccalauréat “haut les mains” en 1993 se classant parmi les premiers de la Guinée.

A nous le Canada !

C’est en 1994 qu’Alpha Oumar débarque à Montréal (Canada) pour préparer son diplôme d’ingénieur à la prestigieuse université anglophone de McGill. Passant avec brio l’apprentissage de la langue, Oumar impressionne tant ses professeurs que ses promotionnaire avec ses notes « parfaites ». Un de ses anciens camarade de classe témoigne:

Je connais Alpha Oumar Barry depuis 1995. Nous avons fait des études de premier cycle à l’Université McGill en génie informatique. Nous étions partenaires dans des projets et des missions dans tous les cours que nous avons suivis ensemble, parce qu’il était simplement brillant, extrêmement dévoué et que vous pouvez compter sur lui à chaque fois. Il était essentiellement la clé de mon succès et a survécu dans une université très difficile (dans l’un des programmes les plus compétitifs de l’époque). C’est simplement une personne magnifique, fiable et totalement digne de confiance. Il n’est pas égoïste, il n’est pas centré sur lui-même et il a toujours veillé sur moi !

Ayant décroché son diplôme de Bachelor (licence) en informatique et fini avec mention, en 1998 Alpha Oumar devient brièvement “Teaching Assistant” (maitre assistant) poste réservé aux étudiants brillants pour assister les professeurs titulaires avec les jeunes étudiants et accessoirement de la recherche.

Dans le sillon de la « high tech » canadienne

Très tôt, Oumar est recruté par CAE, la firme d’ingénierie canadienne chargée de mettre en place un projet de simulation avionique d’usage civil et militaire.

En 2001, c’est ATI qui l’embauche pour aller s’installer dans le “Silicon Valley du Nord » à Markham, une ville voisine de Toronto. Alpha Oumar va vite s’y imposer comme l’explique un de ses anciens managers.

ATI est une firme canadienne spécialisée dans les cartes graphiques fondée par un immigrant chinois qui se lance dans le complexe monde des circuits intégrés. Alpha Oumar était malgré son jeune âge responsable d’équipe pour inventer une ASIC (application-specific integrated circuit en anglais ou circuit intégré spécifique à une application en francais). C’est en fait une micropuce conçue pour une application particulière, telle qu’un type de protocole de transmission particulier ou un ordinateur de poche. Vous pouvez le comparer aux circuits intégrés généraux, tels que le microprocesseur et les puces de mémoire vive de votre PC. La compagnie ATI est tellement innovante qu’en 2006, le géant américain AMD l’achète notamment à cause des dizaines de brevets dont Alpha Oumar était un des initiateurs.

Parallèlement Alpha Oumar complète en 2005 une maîtrise d’ingénierie en microélectronique et Système Informatique à l’université McGill et en 2012 un MBA à la prestigieuse Schulich School of Business de l’Université York de Toronto.

Après un bref emploi à Qualcomm, un autre géant informatique de la Silicon Valley, Alpha Oumar retourne à AMD comme PMTS (Principal Member of Technical Staff) où il participe à l’intégration des processus entre ATI et AMD qui lui propose de rejoindre Silicon Valley qu’il refuse préférant rester à Markham.

En 2010, Oumar est dispatché à Shanghai (Chine) pour lancer une unité mandatée de crééer une puce électronique pour le development de logiciel pour le naissant marché chinois. Oumar mène l’équipe d’ingénieurs pour l’intégration du processeur graphique des circuits électronique.

En 2011, Oumar est le responsable d’une unité ultra secrète embauchée par Microsoft pour lancer une console de jeu vidéo. Le défi est grand car il s’agit de créer de toutes pièces une puce électronique et un circuit intégré avec des millions de lignes de code informatique pour supporter les strictes specification de Microsoft.

Alpha Oumar est envoyé au Colorado dans un lieu ultra secret où après des semaines de labeur intense une console de jeu  vidéo est finalement mise au point.

La console s’appellera X-Box. Et Sony aussi demandera l’aide de l’équipe d’Oumar pour son Playstation, dont tous les deux auront des succès planétaires. Et le reste c’est l’histoire comme on le dit.

Mentor, bourreau de travail et meneur d’homme

Alpha Oumar a eu un impact important par ses capacités de meneur d’homme et de mentoring auprès de plusieurs personnes qui lui sont reconnaissantes.

Voici le témoignage de Opara Darlington un collègue ingénieur qui dit lui devoir beaucoup.

Nous avons travaillé ensemble à ATI / AMD (à Markham, en Ontario) de 2001 à 2012. Comme on pouvait s’y attendre, son talent a vite fait ses preuves et il était hautement apprécié à AMD. Il y a mené de nombreux changements et améliorations de l’efficacité. Quoique nous travaillions dans des équipes séparées, nous déjeunions ensemble tous les jours et nous nous informions mutuellement de nos problèmes et de nos progrès.

Alpha Oumar Barry a continué à montrer son talent et a présenté son approche de tests aléatoires à QUALCOMM. En raison de son grand succès, il a été promu au poste de directeur principal.

Il a accompli tellement de choses (en changeant la façon dont le produit ATI / AMD a été testé en créant une infrastructure  qui a réduit le nombre de tests tout en augmentant l’efficacité des tests et en augmentant le nombre de «bugs» détectés). La méthode des tests aléatoires est toujours utilisée aujourd’hui.

Sur le plan de gestion des ressources humaines, cet ingénieur ne tarit pas d’éloges sur Alpha Oumar:

De 2010 à 2011, il était mon manager. Nous avons travaillé ensemble chez QUALCOMM (à Markham, en Ontario) de 2013 à 2015.

En 2012, alors qu’AMD était aux prises avec des difficultés, Alpha Oumar Barry a quitté AMD pour rejoindre QUALCOMM. En 2013, il m’a aidé à obtenir un emploi chez QUALCOMM

Cependant, en raison des lacunes de QUALCOMM et du fait que plusieurs équipes d’AMD continuent de faire pression sur lui pour qu’il revienne les aider, il est revenu à AMD en 2015 en tant que cadre supérieur. En 2016, il m’a aidé à retourner travailler chez AMD.

En résumé, IL EST MON AMI POUR LA VIE !!!

La sirène de la marque à la pomme. Apple calling !

Apple, courtisait Alpha Oumar depuis des années. Dans un milieux très restreint, Alpha Oumar était reconnu pour la qualité de produits que son équipe expérimentait sur le marché. Apple Computers qui cherche toujours à maintenir sa position dominante propose à Alpha Oumar un poste d’ingénieur senior au siège social à Cupertino, en Californie. Alpha Oumar refuse, citant entre autre la distance et le coût de la vie à Silicon Valley. Apple contre attaque en lui proposant le poste de gestionnaire ASIC (Application-specific integrated circuit) au campus d’Apple à Austin au Texas dans le “Silicon Engineering Group” le très sélect group d’ingénieurs chargés de créer les nouveaux produits à sensations pour Apple dans les laboratoires ultra sécurisés.

C’est connu qu’Apple a beaucoup d’argent. Trop d’argent dirons certains. Au dernier bilan financier (2018) c’ést 280 milliards de dollars en cash ou équivalent que la compagnie déclarait dans ses rapports financiers. Avec un tel pactole, le géant américain de l’informatique peut se permetre de recruter la crème de la crème parmis les ingénieurs de la planète. Des génies russes, israéliens, indiens, japonais, chinois sont embauchés suite à des concours rigoureux d’entretiens et de tests. D’ailleurs Apple construit un nouveau « campus » d’un milliard de dollars à Austin (voir photo).

C’est ainsi qu’Alpha Oumar “Bagou” se retrouve grâce à son talent et sa réputation dans le cercle sélect des innovateurs de la compagnie –  chargé de concevoir et lancer le prochain Iphone, Ipad, Mac ou Fitbit.

Alpha Oumar commence donc comme ASIC Development Manager chez Apple. Il est d’abord ingénieur niveau 4 responsable d’une équipe de 6 ingénieurs chargés de créer des logiciels spécialisés dans l’intégration des microchip et de réduire les coûts de production afin d’augmenter la fiabilité alétoire des produits. L’avantage pour Apple est d’avoir un contrôle total du produit et un coût de production réduit. Bien entendu les recherches et applications créées par l’équipe d’Alpha Oumar sont des secrets commerciaux jalousement gardés par le géant à la marque de la pomme.

Le succès du guinéen le fait vite grimper les échélons supérieurs de la structure d’Apple. Deux promotions s’ensuivent et présentement Oumar est Lead Manager responsable de quatre (4) équipes de 15 ingénieurs spécialisés dans des projets aussi divers qu’intégrés. Curieusement chez Apple nous informe t-on les titres ne sont pas vénérés comme ailleurs. Seul le résultat compte.

En gros nous expliques t-on, le service de marketing d’Apple vient avec des propositions de « features » ou de produits qu’ils veulent lancer dans le marché après une étude de faisabilité. L’équipe d’Oumar est chargé de voir la faisabilité technique de ces produits qui sont dispatchés en quatre sections que nous explique dans un language très technique un ingénieur selon le schémas : conception → modélisation →  validation.

  1. Compression vidéos: écrire des algorithmes  pour réduire la mémoire nécessaire pour le stockage des données sur les circuits intégrés. Par exemple 2 pixels identiques sont stockés en mémoire sur un seul espace et utilisés simultanément nous explique t-on.
  2. Validation: Le plus contraignant car il s’agit de tester le codage initial et écrire un codage qui va vérifier que le produit final fait ce qui a été demandé. C’est un processus qui prend beaucoup de temps et se fait par « trial and errors »
  3. Codage vidéos: Les « shoots vidéos » d’un Iphone par exemple doivent être codés et mis sur le circuit intégrés et la puce électronique.
  4. Transfert DMA. DMA est l’acronyme anglais de Direct Memory Access (accès direct à la mémoire) qui effectue un transfert direct et bidirectionnel de données via un contrôleur adapté entre un périphérique et la mémoire principale. Le résultat est que le transfert DMA offre un moyen plus rapide pour l’échange de blocs de données, entre la mémoire et le périphérique en question ou entre deux blocs de mémoire.

Alpha Oumar « chasseur de tête » pour Apple.

Pour maintenir son avantage technologique face à une sévère concurrence des autres compagnies de haute technologie, Alpha Oumar est chargé du recrutement des perles rares. De Berkeley, à MIT en passant par Stanford, Harvard, McGill (son alma atar), Waterloo (Ontario), Alpha Oumar passe en revue des centaines de CV et des dizaines d’entretien pour étoffer son équipe d’ingénieurs.

Malheureusement pour lui il est difficile de trouver des africains francophones en général et des Guinéens en particuliers qui ont les compétences ou la motivation nécessaire pour passer à travers le processus rigoureux de recrutement d’Apple Computers.

Un « jeune » couple exemplaire !

Alpha Oumar est marié à Housseynatou Boiro-Barry (fille de la député Nanfadima Magassouba  veuve Boiro) et est père de 3 enfants de bas âge: Aminata 10 ans , Nanfadima 8 ans et Ismael 2 ans.

Alpha Oumar est très « famille » et a parrainé tous ses proches pour la résidence permanente au Canada.

La famille Barry habite à Austin au Texas dans un cossu quartier de l’une des villes les plus vivables des Etats-Unis.

Alpha Oumar « Bagou », un exemple à suivre pour la jeunesse guinéenne et africaine. L Guinée est fière de toi !

Dans cette série, Guinéenews veut célébrer l’excellence des Guinéens à travers le monde. Si vous connaissez une personne dont le profil pourrait être mise en exergue dans cette rubrique, veuillez nous contacter à : courrier@boubah.com pour considération.