Championnat national scolaire de Labé: la compétition serait-elle en train d’être dévoyée ?

avril 19, 2018 2:41
0

Depuis le 10 avril dernier, le championnat national scolaire se joue dans la ville de Karamoko Alpha Mo Labé. Selon des observations, cette compétition scolaire est loin d’être celle des élèves du secondaire.

Les équipes représentant les huit régions administratives du pays, ont inscrit des universitaires ou des athlètes qui ont terminé leurs études. Certains joueurs ont même participé aux compétitions africaines.

Au sein de l’équipe de Football de Labé, il y a des joueurs qui ont terminé les études en 2014 et l’un d’entre eux a fait 2015, un stage dans une radio de la place.

L’équipe de Basketball de Labé est en majorité composée des basketteurs de Pita, une préfecture relevant de la région de Mamou.

Les équipes de Handball de Conakry, de Volleyball de Kindia sont majoritairement composées des joueurs professionnels ayant fait leur preuve dans les compétitions africaines.

Des erreurs n’ont pas manqué pendant cette compétition

Presque tous les arbitres des différentes disciplines ont été envoyés de Conakry. Ce sont ces mêmes arbitres qui officient les matches lorsque Conakry joue contre une équipe de l’intérieur. Lors du match Conakry-Pita au stade de Labé, l’arbitrage a été décrié par les supporteurs qui criaient « arbitre zéro ». A la fin de la rencontre, des troubles ont éclaté dans les gradins, obligeant les services de sécurité d’agir à coups de gaz lacrymogène.

Le lendemain, au terrain de Volleyball, à la suite de la rencontre Conakry-Labé, des accrochages ont éclaté et qui ont fait des blessés et des dégâts matériels importants.

Malgré la réunion technique autour des autorités administratives sur les dispositions sécuritaires à prendre pour la suite du tournoi, des troubles se sont produits le dimanche après la défaite en demi-finale football de l’équipe de Labé qui a perdu face à Boké, 2-1.

Joint au téléphone Alsény Camara ‘’Kisto ‘’ chargé du sport à l’inspection régionale de l’éducation de Labé réagit : « ici à Labé, il ya une section cailloux qui perturbe toutes les mobilisations. Ce n’est pas seulement du côté sport. Parfois s’il y a des concerts au stade, les jeunes jettent des cailloux pour perturber le spectacle ».

Au sujet des infiltrations des mercenaires dans les équipes, Alseny Camara est clair : « beaucoup parlent des joueurs qui ne sont pas élèves et qui participent à ce tournoi. Moi, je ne peux pas contrôler les équipes venues de N’Zérékoré ou Conakry pour savoir tel est élève, tel ne l’est pas. Aucune équipe n’a porté des réserves jusqu’à maintenant.»

Aux terrains de basketball et de Handball, aucune présence des agents de la croix rouge ni d’agents de la santé ou d’agents de la sécurité, n’a été constatée. Toutes les blessures sur l’aire de jeu étaient gérées par les entraineurs munis d’un sachet d’eau pour soulager la douleur de leurs athlètes.

La ville de Labé n’était pas réellement prête à organiser ce championnat. Aucune infrastructure sportive n’a été réhabilitée.