Champions League : Dortmund s’offre le PSG avec un Erling Haaland monstrueux en huitième de finale

0
949

En déplacement ce mardi 18 février au Signal Iduna Park pour défier le Borussia Dortmund en 1/8 de finale aller de la Ligue des Champions, le PSG de Thomas Tuchel est reparti à Paris avec le moral dans les chaussettes après une défaite logique face à l’équipe de Lucien Favre qui s’est imposée sur le score de 2-1 avec un doublé de son monstrueux attaquant, Erling Haaland (69’ et 77’).

Pour le coach suisse du Borussia Dortmund, même si le PSG a marqué le but à l’extérieur, il faut rester positif. « Le PSG a eu très peu d’occasions. Haaland a fait un match parfait comme tout le monde. Nous avons montré une bonne performance. Nous avons joué de façon très engagée. On a défendu avec beaucoup de patience. On a créé plusieurs occasions pendant la première mi-temps, on marque en deuxième période. Mais ce qui est plus important, c’est comment l’équipe a réagi quand le PSG a égalisé (Neymar 75’) », a déclaré Lucien Favre.

Interrogé en conférence de presse sur son système de jeu avec notamment le positionnement de Mbappé à la pointe de l’attaque parisienne en lieu et place de Mauro Icardi ou d’Idinson Cavani, Thomas Tuchel a tenté de se justifier tant bien que mal. « On a joué avec système à Dijon. Je sais qu’après un match, si le résultat n’est pas parfait, c’est facile de dire c’est la faute au coach. Pour moi, des équipes ont perdu ici. Ils ont gagné contre l’Inter. Ils ont fait match nul contre Barcelone. On a perdu1-2. On peut faire meilleur match à domicile. On a 90 minutes au Parc des Princes. On a toutes les possibilités pour gagner et se qualifier », explique-t-il.

Interpellé par Guineenews© sur le fait qu’il n’a effectué qu’un seul changement en dépit des difficultés de son équipe notamment dans l’entre-jeu où Emre Chan et Axel Witsel se sont imposés comme les vrais patrons, le coach allemand du PSG a trouvé une explication très facile. « On avait des idées pour contrôler les deux latéraux que sont Hakimi et Guerreiro. On ne jouait pas une finale. Si c’était une finale, j’allais prendre des risques. C’était 1-1. Après c’est 1-2. Pour moi, ce n’était pas le moment de prendre un risque. Peut-être avec une dernière contre-attaque, ça peut-être 1-3 et ça devient plus compliqué. Et on a eu deux fois des occasions avec Neymar et une dernière avec Thiago Silva pour le 2-2. Ce n’était pas un match décisif. Ce n’était pas une finale. C’est pourquoi, j’ai décidé de ne pas changer. C’est ma responsabilité, ce n’est pas pas un problème, pas du tout parce que j’ai eu beaucoup de raisons de faire comme je l’ai fait aujourd’hui. Je dois prendre des décisions parce que je suis le coach. Le gars qui prend les décisions, c’est le coach. Celui qui critique les décisions, c’est l’expert ou le journaliste. C’est complètement différent », a-t-il répondu.

Par contre, Thomas Tuchel a reconnu que son équipe manque un peu de confiance. « J’ai la même impression. Je ne sais pas pourquoi, parce qu’on a les qualités pour jouer un peu plus libre. On a joué aujourd’hui avec trop de peur. On a joué avec la peur de faire une petite erreur. On a perdu confiance avec les pertes de ballons trop facile dans des situations absolument pas nécessaires. Quelques joueurs clés manquaient de rythme. On doit retrouver notre confiance dans notre prochain match au Parc des Princes », dit-il.

Dans l’autre 1/8 de finale aller de la soirée, les Reds de Liverpool ont été battus à Madrid par l’Aletico de Diego Simeone sur le score d’un but à zéro. L’international guinéen de Liverpool, Naby Keita était sur le banc des remplaçants pendant tout le match.

Tanou Diallo, envoyé spécial de Guineenews© à Dortmund