Chantiers de voirie de Conakry: le ministre Naïté satisfait de la qualité des travaux déjà réalisés

mai 9, 2019 11:18

Le ministre des Travaux Publics, Moustapha Naïté, accompagné des cadres de son département, s’est rendu le mercredi 8 mai sur certains chantiers à Conakry. Objectif, constaté de visu le niveau d’avancement des travaux effectués.

De Nongo à Enco5 en passant par Sonfonia, Matoto et Koloma, le ministre Naïté s’est dit satisfait des travaux déjà réalisés qui sont, entre autres, le bitumage de certaines artères, le resurfaçage d’autres, le curage et la fermeture des caniveaux, mais surtout la construction des murets au niveau des marchés se trouvant au bord de la route.

« Nous sommes à notre première étape de suivi des chantiers pour voir exactement ce qui a été fait dans le cadre du resurfaçage, de l’assainissement du réseau routier, mais aussi la construction des murets au niveau des marchés. Nous mettons également l’occasion à profit pour voir si le cahier de charges qui a été prescrit au tout début a été respecté. Nous avons visité les premiers chantiers de la commune de Ratoma jusqu’à Sonfonia. Ensuite, Matoto pour constater de visu les travaux qui sont en train d’être faits par les entreprises qui ont été sélectionnées à cet effet. Après cinq mois de travaux, je dois dire que globalement nous sommes satisfaits de l’évolution. Les entreprises avaient reçu des instructions d’être sur le terrain, le matin, le soir et la nuit. Ce qui a été respecté. La qualité des travaux que nous voyons est au beau fixe. Pour l’instant, en attendant de voir les dernières conclusions de la mission de contrôleje peux dire que nous sommes satisfaits de ce qui est en train d’être fait« , a fait savoir Moustapha Naïté.

Afin de faciliter l’écoulement des eaux de pluies et ainsi sécuriser la route, le ministre des Travaux Publics a demandé aux entreprises en charge des travaux d’ouvrir des caniveaux partout où il n’existe pas.

Par rapport à la Construction des murets, le ministre Naïté soutient que cela consiste à fluidifier la circulation tout en sécurisant les femmes vendeuses aux abords de la route : « l‘habitude a la peau dure. C’est très difficile de discipliner les gens qui ont eu pour habitude depuis des lustres de s’installer sur le goudron et de vendre leurs produits. Nous essayons petit à petit par la pédagogie d’expliquer à ceux-là qui s’installent sur l’emprise de la route qu’ils sont en train d’empêcher la circulation. Et qu’il est nécessaire de libérer ces emprises très rapidement. Nous créons les conditions pour délimiter justement la chaussée et les personnes s’installent. Le 7 mai le gouvernement a sorti un communiqué pour informer l’opinion afin que les occupants illégaux des emprises des voies publiques déguerpissent. Un ultimatum de presqu’un mois leur a été donné pour libérer ces emprises qu’ils occupent. Une fois ce délai passé, nous serons obligés d’appliquer la loi dans toute sa rigueur. »

Le ministre Naïté estime qu’il faille sensibiliser ces femmes qui, tôt le matin, occupent la route pour vendre : « pour l’instant, dans les marchés, nous sensibilisons encore davantage pour qu’elles soient derrière les murets. D’abord pour des raisons sécuritaires et ensuite parce que la route n’est pas un lieu où on doit venir vendre. »