Chasse aux contrebandiers à la Soguipah: 7 personnes interpellées, 20 tonnes de caillots d’hévéa et des engins roulants saisis

septembre 7, 2019 6:04

Depuis près d’une semaine, les forces de sécurité et de défense patrouillent dans les zones de production de la Société guinéenne de palmier à huile et d’hévéa (SOGUIPAH) pour traquer les contrebandiers et autres trafiquants des biens de la société. Déjà le bilan est impressionnant.  Environ 20 tonnes de coagulums ou caillots d’hévéa; 4 motos, une camionnette ont été saisis avec 7 interpellations. Tels sont les résultats auxquels sont parvenus les agents patrouilleurs.

Cette opération coup-de-poing intervient dans un contexte de crise sans précédent à la Soguipah. Pour juguler cette situation, la nouvelle direction s’évertue à attaquer le mal à la racine. C’est pourquoi la lutte contre le trafic récurrent des produits, qui est considéré comme étant l’un des facteurs essentiels de cette crise, est devenu une véritable priorité de l’actuelle direction générale de la SOGUIPAH.

 «Aujourd’hui, la SOGUIPAH est confrontée à d’énormes difficultés. L’un des facteurs importants qui entretiennent justement cette crise, c’est le vol à grande échelle qui est perpétré contre nos plantations industrielles mais également le refus des populations, les planteurs notamment de livrer leurs produits à la  SOGUIPAH. L’usine de traitement de caoutchouc a été installée au regard non seulement du potentiel des plantations industrielles aussi des plantations familiales ainsi que des privées. Il n’y a pas de raison que pendant que cette usine de traitement de caoutchouc est fonctionnelle, que régulièrement les produits de ces planteurs aillent à ailleurs notamment au Libéria…  C’est un premier facteur pour lequel il était important pour nous de passer sensibiliser ces populations sur le bien fondé de livrer entièrement leurs productions à l’usine. Le deuxième facteur, c’est le vol des produits des plantations industrielles. Tant que ces vols vont se perpétuer, sachons que SOGUIPAH ne sera pas en mesure de disposer des moyens suffisants lui permettant de supporter ses charges et payer également aux planteurs villageois les prix de leurs produits », a déclaré le Directeur général de la Soguipah, Michel Beimy.

C’est suite à ce triste constat que le patron de l’entreprise a ordonné l’organisation des patrouilles conjointes menées par des agents des forces de sécurité et de défense. Ces missions de surveillance opèrent tout au long de la frontière avec le Liberia. Elles évoluent aussi dans des plantations pour traquer tous les contrebandiers. C’est dans ce cadre que 20 tonnes de coagulum, 4 motos et une camionnette ont été saisis avec des 7 interpellations. Ces personnes mises aux arrêts sont toutes aujourd’hui déférées à la justice de paix de Yomou. Une information confirmée par le juge de paix de Yomou, Lansana Cissé qui précise à Guinéenews qu’une enquête est déjà ouverte sur ce dossier.

Par ailleurs, faut-il souligner que ces dispositions prises par le DG de la Soguipah ne font pas que des heureux. Car, certains planteurs soutiennent que la plupart des produits saisis ne sont pas volés. Selon eux, ces produits sont revendus à des tierces personnes afin de leur permettre de couvrir quelques-uns des besoins urgents qui se posent à leurs familles.

A en croire nos informations, ces patrouilles de la Soguipah ne prendront fin que lorsque le phénomène du vol et des contrebandes ne cessera pas.