Chef de file de l’opposition : le nouveau statut de Mamadou Sylla qui divise les internautes

834

Le débat sur le statut du chef de file de l’opposition en Guinée reconnu récemment par le président de l’Assemblée nationale à Elhadj Mamadou Sylla, député et président de l’Union Démocratique de Guinée (UDG), continue d’alimenter les débats dans la cité. En témoignent les commentaires sur le compte Facebook de votre quotidien électronique Guineenews, dont nous proposons une sélection.

Parmi ces réactions, il y a celle de Yakouba Koumbassa qui écrit : « arrêtez de vous mentir. Ce monsieur a quel projet de société pour la Guinée ? Ce monsieur a quelle qualification académique ? Nous sommes vraiment coincés, libérons nos esprits pour voir clair. »

Dans la même logique, Antoine Haba commente :  » c’est pourquoi j’ai dit de fermer les écoles et universités en Guinée. Ça ne veut rien dire d’aller à l’école. Les ignorants et analphabètes deviennent les éclaireurs en Guinée. On est mal barré. »

De son côté, Cheick Kéïta réagit : « mes frères, sortons un peu de ce débat d’analphabétisme. Ceux qui sont intellectuels, qu’est-ce qu’ils ont fait pour la Guinée. Tous les Guinéens sont égaux en droit et devoir. Ce qui sont considérés intellectuels n’ont pas pu. Les analphabètes le pourront. Essayons tout le monde et laissons les résultats en conclurent. »

Mais pour Souleymane Touré : « c’est vraiment regrettable pour la Guinée et les Guinéens. Inutile d’aller à l’école puisque ce genre de personne est devenue chef de file des manipulés politiques »

Dans son commentaire, Baldé Mamadou Kourako Baldé déclare ceci : « pour moi c’est une comédie. Mamadou Sylla ne mérite pas d’être le chef de file de l’opposition guinéenne. »

En réaction, Aly Christiano Samoura s’interroge : « de quoi vous voulez que les gens pensent, dans la mesure où il est désigné chef de file de l’opposition ? Puis de suggérer : « cherchons à accompagner le président de la République dans sa nouvelle mandature au lieu de faire du populisme sur les réseaux Sociaux. »

Sur le niveau d’instruction de Mamadou Sylla, Aboubacar Gouly Camara écrit : « si j’entends les gens qualifier ce monsieur d’analphabète, je ris seulement. Parce que les autres se sont servis de leurs langues pour développer leurs pays. Et puis, mieux vaut être analphabète patriote qu’être intellectuel apatride pour développer sa nation. Mamadou Sylla s’est toujours battu pour la cause de la Guinée tandis que l’autre s’est battu pour développer le Sénégal, la preuve sur Google. Laisser nous respirer yandi avec notre nouveau chef de file de l’opposition. »

De son point de vue, Bah Arabiou explique pourquoi le président de l’UDG n’est pas le chef de file à ses yeux : « il ne l’est pas. Et il est illégitime. Il ne représente pas le peuple qui s’est opposé au pouvoir. Il fait partie de la mouvance. »

Soumah Assurance, quant à lui, trouve des circonstances atténuantes à M. Sylla : « il n’est pas bon pour être chef de file… Mais, attention, respectez-le quand même. C’est lui qui a prêté de l’argent au gouvernement guinéen qui était en guerre contre les rebelles à la frontière guinéo-léonaise dans les années 2000 »

Quant à Cherif Layssare, ironise : « un pouvoir qui se maintient par la force des armes et autoproclame un chef de file pour s’opposer à son pouvoir, c’est de la pure démagogie »

En tout cas pour Touré futige en ces termes :  « quand on nous dit que le peuple est pris en otage, les gens transforment ça en un problème ethnique. Sinon Sylla devait être jugé et condamné pour l’événement de 22 janvier 2007. Mais puisque tout le monde se focalise sur un homme qui est CCD, on n’a pas le choix »

Comme ce dernier, Oumar Savané aussi renchérit : « les Guinéens ont complètement oublié l’événement du janvier-février 2007 lorsque le général Lansana Conté partait libérer ce monsieur »

Une compilation de Thierno Souleymane Diallo pour Guinéenews

Facebook Comments