Cinq ans après,  Koundouno quitte la tête du Balai citoyen 

0
487

Après cinq ans à la tête de la Cellule Balai Citoyen (CBC) dont il est membre fondateur, Sékou Koundouno ne va pas briguer un second mandat, après la fin du premier le 26 décembre 2020. Cette figure de proue de la lutte contre le 3ème  mandat d’Alpha  Condé ne compte plus diriger cette plateforme par souci de constituer une véritable alternance à la tête de l’organisation, a-t-on appris.

Depuis la création du FNDC, le front anti 3ème mandat, où il a été désigné par le Conseil d’Administration en avril 2019 pour représenter la CBC, Sékou Koundouno a pris ses distances de cette organisation de la société civile pour se concentrer à la lutte citoyenne pour l’ancrage des acquis démocratiques qui lui tenait à cœur de façon passionnelle.

Selon notre informateur, à la dernière réunion du conseil du Balai citoyen le mois dernier, après 18 mois d’absence, Koundouno a indiqué à ses collègues et instances de l’organisation son désir de partir et a sollicité que son successeur soit trouvé conformément aux procédures en vigueur, chose que beaucoup de ses collègues n’ont pas appréciée compte tenu de son leadership. Mais la décision est déjà prise. En début janvier, il devra adresser une lettre de démission au Conseil d’Administration. Ses proches ne voulaient pas qu’il parte, expliquant que de 2015 à 2020, Koundouno a révolutionné le mode de fonctionnement classique et le positionnement de la société civile dans l’espace public.

Initiateur et coordonnateur de plusieurs projets citoyens, du dialogue politique, à la déclaration des biens des hautes personnalités du pays, l’observation citoyenne des manifestations sociales et politiques, aux différents programmes de l’ancrage de l’engagement citoyen, la redevabilité des gouvernants, la lutte contre l’incitation à la haine et violence sur les réseaux sociaux et médias, mise en œuvre du concept espace citoyen et tant d’autres, Koundouno pourrait donc quitter le Balai citoyen avec sa marque de fabrique.

Contacté par notre rédaction, le responsable de la stratégie du FNDC justifie sa décision : « Le Balai citoyen dont je suis l’un des fondateurs n’est pas une propriété privée. J’ai demandé aux camarades de procéder en engageant ma succession à travers les modalités en vigueur dans l’organisation. Je vais me concentrer sur la lutte citoyenne contre la dictature au sein du FNDC. Ma carrière ne doit pas se résumer au Balai citoyen. Je resterai membre de l’organisation. »

Sékou Koundouno prévient que ce départ ne signifie pas qu’il a été rapproché par le régime d’Alpha Condé ou une formation politique : « Je ne m’associerai point à la gouvernance de M. Alpha CONDÉ et de son clan qui sont au crépuscule de leur règne. Je ne ferai jamais la politique dans ma vie et je ne serai jamais cadre ou militant d’une  quelconque entité politique dans ce pays. Je reste et demeure citoyen de la République. Je quitte le Balai avec le sentiment d’une mission accomplie et ayant la profonde conviction que mes camarades avec lesquels j’ai partagé des moments de joie et de peine seront capables de relever le défi, celui de continuer la lutte que nous avons commencé ensemble, pour cela je n’ai aucun doute. J’ai vraiment besoin d’être avec la famille, mes enfants, mes projets professionnels. »

Victime de plusieurs arrestations pour son combat contre le 3ème mandat d’Alpha Condé, Sékou Koundouno est de nouveau recherché par la justice. Lors d’un récent entretien, il a fait savoir qu’il ne se cachait pas, mais qu’il était juste prudent.

Pour ses engagements dans la lutte citoyenne, le désormais ex administrateur général de la Cellule Balai citoyen a été lauréat de plusieurs prix notamment celui de Personnalité d’avenir du ministère français des Affaires étrangères et de l’Europe.