Circulation des gros porteurs : voici leur plan de roulage à Conakry

0
1204

Dans un communiqué conjoint publié la semaine dernière, les ministres, Dr Mohamed Keita et Albert Damantang Camara, respectivement chargés des transports, de la sécurité et de la protection civile ont réaménagé la circulation des gros porteurs dans la ville de Conakry.

L’objectif visé est de fluidifier la circulation. De telle sorte que chaque usager puisse atteindre, sans encombre, sa destination finale, à travers la ville. Il y a longtemps que la police est confrontée à des difficultés énormes de gestion de la circulation. Au quotidien, les agents font face à de fréquents embouteillages et accidents qui se produisent à travers la ville. Des situations aux dommages considérables qui impactent la vie de nombreux habitants de la capitale, au plan administratif, social et/ou économique. La raison à cela tient au fourre-tout que connaît la circulation. Bien entendu, cela se comprend. Le niveau de développement actuel de notre pays ne permet pas de diversifier et moderniser à l’infini les moyens de transport et les infrastructures routières. Mais, au demeurant, on fait avec ce qu’on a sous la main.  Les études menées ont permis de situer l’origine du problème. Il s’agit, dans une large mesure, des gros camions qui, de par leur gabarit et leur état vétuste contribuent à engorger la circulation. Ils tombent en panne bien souvent ou causent des accidents.

Au regard de cette réalité et tenant compte de la situation particulière des travailleurs qui doivent bénéficier d’une mobilité parfaite le matin pour arriver à l’heure au service et retourner dans les mêmes conditions le soir, surtout en ce mois de ramadan, les deux chefs de département ont fixé le timing de mobilité des gros porteurs.

Après consultation de leurs services respectifs et des partenaires de terrain, il a été décidé d’interdire la circulation des gros camions en ville, tous les jours de 05 h à 08 h (les matins) et de 16h à 18h30 (les soirs).

Ainsi, les travailleurs ont moins d’encombrements à subir quand ils vont au travail ou en reviennent. Du coup on réduit les risques d’embouteillages ou d’accidents.

C’est ce dispositif qui fonctionne à présent. Mais il ne va pas sans quelques soucis. Le côté technique de la plupart des camions laisse à désirer. Ils manquent d’éclairage suffisant et se retrouvent la nuit, à circuler au milieu d’autres petits véhicules et motos.

Aussi, quelques exploitants de camions estiment ne pas être à même de pouvoir assurer la livraison de marchandises sur une longue distance. Le délai qu’on leur concède leur semble un peu court, entre 18 h 30 et le couvre-feu prévu à 23h.

Mais, ça c’est un autre débat. L’heure de départ du couvre-feu est flexible. Elle peut varier. Dans tous les cas, nous avons hâte de voir partir, vite et définitivement le coronavirus.

Par ailleurs, le communiqué indique que par dérogation à ces dispositions, les véhicules de transport d’hydrocarbures sont autorisés à circuler de 08h à 18h 30.

La police routière a en charge l’application de ces mesures.