Circulation routière : les ravins et bas-côtés, des dangers potentiels pour les gros camions en saison pluvieuse

0
227
accident, route, pluie, camion renversé
accident, route, pluie, camion renversé

C’est ainsi que le citoyen lambda pourrait expliquer les nombreuses sorties de route de véhicules que l’on observe en rase campagne. On dirait que les bas-côtés et les ravins qui bordent les chaussées sont aimantés pour attirer et happer les camions de passage. L’imagination est en alerte dès lors que, sur chaque kilomètre parcouru on s’attend à voir un gros camion renversé, les roues en l’air. Ce phénomène se produit le plus souvent dans les virages et il concerne surtout les semi-remorques.  Jusque-là, l’opinion en général n’aura vu que l’expression d’une fatalité contre laquelle nul n’est outillé pour résister ou se prémunir. Nonobstant toutes ces lectures et approches hasardeuses une explication technique existe pour une meilleure compréhension du phénomène. La circulation routière est régie par des lois de la physique qui sont immuables. Aussitôt qu’on les viole, survient un problème. Cela se vérifie à tout point de vue. Ainsi, ces sorties de route, ces fréquents accidents de camions ont tous une explication parfaitement étayée par des arguments techniques probants.

Dans la circulation routière, il y a des forces qui entrent en jeu. Pour faire simple, les spécialistes soutiennent que lorsqu’un véhicule est en mouvement, il est soumis à quatre forces que sont :

accident, route, pluie, camion renversé
accident, route, pluie, camion renversé

Les forces de gravité qui sont nulles lorsque le véhicule est sur un sol plat, mais qui passent en positif ou en négatif aussitôt qu’il se trouve sur une pente.

Les forces d’inertie qui sont proportionnelles au chargement du véhicule. Elles agissent lors des accélérations ou des décélérations. Dans le premier cas, elles retiennent le véhicule et s’opposent à son avancée et dans le second, elles le poussent vers l’avant pendant que le conducteur freine. Ce qui peut créer de gros soucis à ce dernier pour la maitrise de son engin lors des remontées ou des descentes.

Les forces aérodynamiques ou forces de pénétration dans l’air dont l’importance est proportionnelle à l’accélération. Plus celle-ci est grande, plus la résistance à la pénétration dans l’air est grande et inversement.

Les forces de roulement qui se manifestent quand le véhicule est en marche. Il s’agit de toutes les pièces mécaniques en rotation qui contrecarrent le mouvement du véhicule en le freinant : vilebrequin, roues, arbre, roulements, pignons de boîte…

De ces quatre forces, deux seulement concernent directement le comportement du véhicule sur la route : les forces d’inertie qui agissent lors des phases d’accélération et de freinage du véhicule et les forces de gravité. Une autre force est à citer qui intervient dans les courbes. Il s’agit de la force centrifuge qui a tendance à pousser le véhicule en dehors de la chaussée, dans les courbes. C’est la conjugaison de tous ces facteurs, ajoutés à l’état glissant de la chaussée, à la réduction de la visibilité, qui est à l’origine des accidents de ces camions pendant la saison des pluies. Tant que ces forces inter agissent entre elles, les véhicules roulent sans problème. Ce qui n’est pas le cas dès qu’il y a déséquilibre. Et c’est ce qui se passe sur nos routes en rase campagne. Les camions sont surchargés et roulent vite ; la route en mauvais état est mouillée et glissante ; les pneus sont usés, les freins sont fluctuants et les rapports de vitesse mal utilisés. Quand on ajoute à tout cela, le camion à la limite de la fatigue, sans visite technique, conduit par un chauffeur qui est tout sauf professionnel, on comprend pourquoi il y a tant d’accidents sur la route pendant la saison des pluies. Et il en sera toujours ainsi tant qu’on n’aura pas tenu compte de ces critères techniques essentiels.