Comment les entreprises chinoises ont-elles réussi à « changer de métier » en urgence ?

0
440

Li Jie, journaliste de l’édition d’outre-mer du Quotidien du Peuple, partenaire de guineenews

« En 5 jours, nous avons créé à partir de zéro une ligne de production de masques. » « Les projets sont prêts en 3 jours. Les équipements sont prêts en 7 jours. Les produits sont fabriqués en 10 jours. » « En 55 heures, nous avons réalisé une percée scientifique ! »

Ces derniers jours, de telles nouvelles surprisent les gen. Il s’agit de la production des matériels médicaux de prévention et de contrôle. Mais contrairement à ce que vous pensez, certaines entreprises n’ont aucun lien avec le médical. Elles sont plutôt dans la pétrochimie, l’automobile et les équipements mécaniques.

Face à la pénurie de matériels médicaux comme les masques, les combinaisons de protection et les désinfectants, nombre de grandes entreprises manufacturières chinoises se sont lancées dans la production des produits qui ne sont pas de leur secteur. En très peu de temps, elles s’appliquent, fabriquent et produisent. Derrière cette vitesse, c’est la détermination, la résolution et la sacrifice pour traverser une période difficile. C’est aussi un témoignage des atouts de l’industrie chinoises, tels que sa réactivité, son haut niveau technologique et sa qualité de main-d’œuvre, .

« J’ai des fibres fondu-soufflé. Qui a les machines de production de masque ? »

Dans l’après-midi du 6 février, le Sinopec et l’Epec (e-commerce de Sinopec) ont publié des messages sur leur compte Weibo et Wechat, en recherche des partenaires pour produire des masques. Ces messages ont attiré tant d’attention que M.Shen, chargé de contact, a reçu un marée d’appels et a pu trouver un partenaire en 3 heures.

A midi du 7 février, 11 lignes de production de masque ont été mises en place par Sinopec et ses partenaires. Selon une estimation préliminaire, la capacité de production atteindra 600 000 masques par jour d’ici au 29 février et plus d’un million par jour au 10 mars.

Certaines entreprises, comme l’automobile, sont beaucoup plus éloignées des matériels médicaux. Comment la « transition » est-elle possible ?

En fait, pour beaucoup d’entreprises, la « transition » signifie un « recommencement ». Cela veut dire la rénovation des usines, l’achat ou la fabrication des équipements, la formation des employés, la demande de permis et la maitrise des techniques nécessaires. Néanmoins, de nombreuses entreprises ont annoncé la conversion  sur la ligne de production. Elles ont même commencé la préparation très tôt pendant la fête du printemps.

Le 7 février, Guangzhou Automobile Corporation (GAC) a envoyé des ingénieurs de composants à la ville de Dongguan pour apprendre les techniques et processus de production de masque. Ils ont très vite maitrisé les techniques requises pour une formation qui devait durer 2 semaines. Le 10 février, ils ont déjà réussi l’installation et le réglage du premier équipement de production de masque.

Selon des informations, GAC envisage de travailler avec ses fournisseurs à fabriquer 30 à 50 machines à masque, dont une partie sera utilisée par GAC et le reste donné à d’autres entreprises de Guangzhou pour produire les masques.

D’autres constructeurs automobiles comme BYD et SAIC-GM-Wuling Automobile ont commencé à produire des masques en construisant des lignes de production ou convertissant les linges de production des fournisseurs. Il est prévu que BYD produira 5 millions de masques par jour fin février.

Dans les zones clés de prévention et de contrôle, persiste la pénurie de combinaisons médicales de protection à usage unique. C’est parce que les produits finis doivent être stérilisés pendant 7 à 14 jours avant d’être utilisés. Les combinaisons récemment fabriquées n’ont pas encore pu arriver en première ligne. Heureusement, le développement de la stérilisation par irradiation peut réduire de beaucoup le temps  stérilisé et améliorera la situation sur « ce dernier kilomètre » .

Le 12 février, le premier lot des dizaines de milliers de combinaisons médicales de protection à usage unique ont été stérilisées par irradiation avec Beijing Atom High-Tech Jinhui Radiation Technology Application Co.,Ltd., filiale de la Compagnie nucléaire nationale chinoise. Arrivées à 7 heures du matin dans l’entreprise, elles étaient prêtes pour l’utilisation 6 heures plus tard. Le temps nécessaire pour la stérilisation a été largement réduit grâce à la cette méthode.

À l’heure actuelle, l’entreprise a mis en place une ligne « verte express » pour les matériels médicaux. « Selon une estimation approximative, notre ligne de production est capable de désinfecter 100 000 combinaisons chaque jour. » A dit un responsable de l’entreprise.

Selon Ou Xiaoli, directeur du département de développement social de la Commission Nationale pour le Développement et la Réforme, le besoin des matériels de prévention et de contrôle augmente drastiquement et la pénurie de masque persiste avec la rentrée du travail. Mais elle devra aussi permettre à augmenter la capacité de production. C’est possible de satisfaire la demande. En même temps, les entreprises capables de produire ces matériels vont recevoir des soutiens dans leur demande de permis. De cette façon, elles peuvent retourner à la production le plus vite possible.